Exposition A l'eau, le Bourget

À l'eau le Bourget ?

Chronologie d’un effondrement écologique et économique : les palafittes du lac du Bourget
chronologie AEB dernière version

Téléchargez la chronologie

Les premiers agriculteurs néolithiques s’installent autour du Lac du Bourget au début du 4e millénaire (site de Hautecombe à Saint-Pierre de Curtille). Une nouvelle phase d’occupation de courte durée est identifiée sur les sites de Conjux et de Mémard à la fin du 3e millénaire. Mais il faut attendre la fin de l’âge du Bronze, autour de 1060 avant notre ère, pour que les rives du lac soient durablement occupées et profondément modifiées. Vers 900 avant notre ère, de nouveaux villages sont construits sur la bordure orientale du lac du Bourget, moins abrupte que la façade occidentale. S’ouvre alors une période d’intense exploitation des ressources boisées. Le paysage change irrémédiablement : les agriculteurs, les éleveurs et les artisans qui s’installent vont non seulement défricher la forêt pour cultiver la terre ou aménager des espaces pastoraux, mais également pour construire leur maison et s’approvisionner en bois destiné à alimenter les foyers domestiques et les fours artisanaux.

En trois siècles, l’environnement autour du lac évolue beaucoup. L’artisanat céramique et la métallurgie du bronze, très dynamiques, nécessitent en effet de grandes quantités de combustible.  La forêt est intensément exploitée. Peut-être trop… A partir de 805 avant notre ère, dernière date dendrochronologique* connue, les villages du lac du Bourget sont abandonnés. A cette date, les villages des bords de lac alpins allemands, italiens, slovènes ou suisses ont déjà disparus.

Il est probable que les changements climatiques du Subatlantique, qui commencent vers 850 avant notre ère, aient rendu considérablement plus difficiles les conditions de vie en altitude. Le climat est alors plus froid et plus humide. Le niveau des lacs alpins remonte. En outre, l’exploitation intensive du milieu forestier et des terres arables à proximité du lac a occasionné un appauvrissement des ressources, ce que l’on nomme aujourd’hui d’après le biologiste Jared Diamond*, un effondrement écologique. Enfin les nouveaux équilibres économiques et le regain des échanges en Méditerranée ont pu également bouleverser les voies commerciales alpines qui profitaient indirectement aux populations d’artisans des bords de lac, précarisant ainsi davantage leur situation. L’époque est au changement : une nouvelle société se développe, plus hiérarchisée et associée à la technologie du fer.
 

Dendochronologie : Méthode de datation absolue, qui permet de dater à l’année près, l’âge d’abattage d’un arbre, par l’identification de ces cernes de croissance annuelle en fonction de leurs largeurs par comparaison avec les séries de référence. Mais dater les sites, ce n’est pas tout. En étudiant tous les pieux encore en place, parfois des centaines, sur un seul village, les dendrochronologues sont à même de restituer l’histoire de sa construction et de son développement, jusqu’à son abandon, en datant précisément chaque maison.

Jared Diamond (1937, -) : géographe et biologiste évolutionniste américain, auteur de Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, paru en 2005, un ouvrage où le chercheur analyse à travers de nombreux cas (L’île de Pâques, les Anasazis du Sud-Ouest des Etats-Unis ou les Mayas) comment les sociétés peuvent disparaitre suite à une surexploitation de l’environnement parfois associée à des dégradations climatiques.

 

Historique du château
Les mercredis, week-end et vacances scolaires à 11h ou 14h - 1h - A partir de 13 ans
conférence
Actualité de la recherche sur le haut Moyen-Âge

Cycle de conférences en lien avec l'exposition Le monde de Clovis. L'exposition dont vous êtes le héros