Photothèque

Retour à la liste

Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Archéologie nationale)
Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Archéologie nationale)

Cuirasse dite de Marmesse à décor de bossettes estampées

Titres : Cuirasse dite de Marmesse à décor de bossettes estampées
Numéro d'inventaire : MAN83756
Détail : Appartient à un ensemble de 7 cuirasses. Dépôt votif découvert fortuitement lors de travaux de terrassement en 1974. Les sept cuirasses de Marmesse sont chacune composées de deux coques en feuille de bronze chaudronnée. Elles étaient travaillées par déformation plastique à froid, en frappant le bronze avec un marteau sur une forme, afin de l'étirer et de l'amincir. Pour éviter les fissures, la feuille de bronze était périodiquement chauffée et subissait un "recuit" permettant d'homogénéiser et de consolider la structure de métal. L'une des coques correspondait au plastron, l'autre à la dossière. Ces deux éléments étaient solidement rivetés sur le côté de l'épaule gauche. Les cuirasses s'enfilaient donc par le côté droit, en écartant les deux coques, grâce à la malléabilité du métal. On pouvait alors assujettir et fermer la cuirasse en fixant les crochets situés du côté de l'épaule droite. Toutes les cuirasses de Marmesse sont rehaussées d'un même décor stéréotypé, constitué d'une ligne principale de grosses bossettes d'un cm de diamètre encadrée de part et d'autre d'une ligne de bossettes beaucoup plus petites. Ces décors sont obtenus par estampage, c'est-à-dire en imprimant des matrices à l'intérieur de la cuirasse, et en frappant de l'autre côté. Ces triples lignes de bossettes soulignent les contours de la cuirasse : l'encolure, les manches, les côtés et la ceinture. Elles magnifiaient aussi l'anatomie du guerrier : comme sur les cuirasses grecques dites "musclées", sont indiqués de manière stylisée les poitrines et le sternum (à l'avant), la colonne vertébrale et la cage thoracique (à l'arrière). Ce type de décor se retrouve à l'identique sur les casques villanoviens (étrusques) ou encore sur les vaisselles italiennes, hongroises et danoises des 9e et 8e siècles av J.-C. Cela ne siginifie pas que les cuirasses de Marmesse aient une origine lointaine mais renvoie plutôt à la circulation des idées et des formes dans l'Europe de la fin de l'Âge du Bronze et des débuts de l'Âge du Fer.