Media Name: obj_20170129_vg_05.jpg

Une exceptionnelle tombe féminine du Néolithique ancien à Cys-la-Commune (Aisne)

Une femme inhumée aux beaux jours
Cet objet est présenté dans le cadre de l'objet du mois de mars 2017

 

obj_20170129_vg_01_copie.jpg

 

Inhumée dans une modeste fosse non architecturée, une jeune femme repose sur le côté gauche, les jambes repliées. Des traces indiquent que le corps était saupoudré d’ocre rouge. Ce sont là des traits distinctifs de la culture rubanée*, seule l’absence de récipient céramique étant plus rare.

Hormis le crâne et le fémur droit endommagés par une pelleteuse, le squelette et sa position dans la tombe ainsi que celle du mobilier funéraire sont bien préservés.

Âge et sexe se déduisent de l’examen de la dentition et le sexe féminin du défunt est conforté par la parure particulière qu’il porte.

L’os de grue commune, un cubitus, déposé le long de l’avant-bras droit témoignerait d’un ensevelissement entre le printemps et l’automne, moment de présence de cet oiseau migrateur en Europe.

Cette sépulture individuelle n’était pas isolée, puisqu’au moins deux autres sépultures proches ont été détruites. Des traces d’un habitat ont été mises au jour à proximité, mais il est impossible de dire si la sépulture était située en son sein ou en périphérie. Elle est en tout cas très typique des sépultures rubanées du Bassin parisien où les ensembles funéraires sont constitués de sépultures isolées ou formant de petits groupes, étroitement associées à des vestiges d’habitat.
Les grandes nécropoles ne sont alors connues que plus à l’est du vaste complexe rubané.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

obj_20170129_vg_05.jpg

 

 

Un mobilier funéraire exceptionnel
 

Signes de pouvoir ou de richesse ?

 

Retour à la page de présentation

 

 

 

 


 
Le Rubané doit son nom au décor fréquemment en rubans des récipients en céramique de cette culture. Culture rubanée et culture à céramique linéaire (Linearbandkeramik) représentent le même courant de néolithisation, appelé aussi courant danubien en raison de son expansion le long de ce fleuve, qui s’implante en Europe centrale dès la fin du 7e millénaire, puis dans la moitié nord de la France, de l’Alsace à l’Atlantique, dans la seconde moitié du 6e millénaire. Ce Néolithique ancien rubané présente à la fois une grande homogénéité culturelle et de grandes variations régionales.