Image collection header

Les grandes figures du musée

Donateurs
Frédéric VII de Danemark et sa collection d'antiquités préhistoriques Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Frédéric VII de Danemark et sa collection d'antiquités préhistoriques
Mégalithe

Frédéric VII de Danemark et sa collection d'antiquités préhistoriques

Une Assemblée constituante dote le pays d’une constitution démocratique en 1849. Grâce à cet acte, il est un roi populaire et c’est également le premier roi vraiment danois. Sous son règne, l’affaire des Duchés éclate et prend provisoirement fin en 1852 grâce au protocole de Londres.
 

D'archéologue à archéologue

Frédéric VII est passionné par les antiquités préhistoriques et véhicule une image de roi-archéologue dans toute l’Europe. Cet intérêt est né dans sa jeunesse. Il dirige des fouilles et fait effectuer des restaurations d’objets préhistoriques. Il est également président de la Société Royale des Antiquaires du Nord à partir de 1841.

C’est en décembre 1861 qu’une collection d’antiquités préhistoriques danoises arrive à Paris. Il s’agit d’un cadeau diplomatique du souverain offert à Napoléon III. Frédéric VII et son épouse vouent en effet une admiration sans bornes à l’Empereur. Cependant, ce dernier leur préfère la Prusse à cause du problème du Slesvig-Holsten.

Le Danemark : un modèle en étude préhistorienne

A l’époque, le Danemark a plus de 50 ans d’expérience dans la création de musée. Copenhague semble jouer un rôle d’expert en ce qui concerne l’étude de la préhistoire et l’organisation des musées. Le but de ce présent est d’aider la France à se doter d’un musée national et de créer une coopération culturelle. Le don initial de 130 pièces passe à 347 objets. Il s’agit de pièces en silex qui ont peu de valeur en elles-mêmes. L’idée est plutôt de transmettre une certaine conception de l’archéologie. La chronologie des trois âges est la base de classification des objets danois et le Danemark espère bien qu’une collection d’antiquités françaises sera créée en adoptant ce système et en y incluant des objets préhistoriques.

Le prestige de Thomsen ne suffit pas...

C’est Christian Jürgensen Thomsen qui est chargé par le roi de transporter le cadeau jusqu’à Paris. Cet archéologue est le père du système des trois âges : pierre, bronze et fer. Il est également directeur des musées royaux. Il travaille en collaboration avec Jens Jacob Asmussen Worsaae, inspecteur des monuments historiques, pour choisir les objets du don.

Thomsen apporte son expertise pour la création du Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines. La création officielle du musée est annoncée le 8 mars 1862 par décret. Sa visite est un succès, l’Empereur est ravi de ce cadeau mais les deux souverains ne se rencontreront jamais. C’est donc un échec au niveau diplomatique. Les objets de la collection de Frédéric VII constituent les premiers numéros d’inventaire du musée. 

 

Pour aller plus loin :

- Bibliographie :

LUNDBECK-CULOT K., « Frédéric VII, roi du Danemark, Napoléon III et l’archéologie. Les deux premiers donateurs du Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye », In : Antiquités nationales, n°9, pp. 99-118, 1997.

- Liens :

www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Frédéric_VII/120284

 

Autres collections

L'application ArchéoMAN
8 périodes clés

Les collections archéologiques

François 1er - Portrait

Les grandes figures du château