La fouille de Marsal

Dernières découvertes de la campagne de fouille 2015

 

 

En 2015 a débuté la fouille extensive d’un secteur d’atelier de sauniers dans la zone dite du « Pransieu A », sur le territoire de la commune de Marsal (Moselle). Cette zone d’activité est scellée par une séquence de dépôts alluviaux épaisse d’environ 1,50 m, appartenant au comblement d’un paléochenal. Les installations artisanales sont développées à la surface d’une terrasse enterrée, d’âge pléistocène. L’atelier de sauniers succède à une première occupation datée de l’époque du Bronze final IIb (Cal BC 1190-1000 en datation radiocarbone). La période de fonctionnement de l’atelier lui-même est datée de la période du Hallstatt D1. Le site est abandonné avant le passage au Hallstatt D2, vers le milieu du VIe s. av. J.-C.

Un ensemble de 89 structures archéologiques, pour l’essentiel à vocation artisanale, a été reconnu, On distingue une série de petits fourneaux à chambre de chauffe circulaire, qui ont servi à chauffer la saumure dans de grands récipients en terre cuite à fond plat (de type « cuvettes »). Ces structures de combustion sont associées à des fosses à paroi revêtues d’une couche d’argile, qui sont interprétées comme des « bassins » : ceux-ci ont vraisemblablement servi à contenir la saumure destinée aux fourneaux. On relève également un ensemble relativement important de fosses, en général de forme oblongue, qui paraissent directement appartenir aux installations de l’atelier. Ces premiers résultats montrent ainsi qu’une variété de structures est associée au déroulement de la chaîne opératoire de production du sel. D’autres structures appartiennent en revanche à des structures d’habitat : ce sont des trous de poteaux et des fosses, dont une, en particulier, a livré de nombreux restes domestiques associés à des restes humains dispersés. Une autre fosse a livré un fragment de barre-lingot coulée en alliage base cuivre.

Une série de carottages géo-archéologiques a été réalisée parallèlement dans le cadre d’un programme de recherches coordonné par Simon Jusseret (université de Louvain-la-Neuve ; Belgique). Ces travaux ont permis d’établir que, dans le secteur en aval de Marsal, les paléochenaux de l’âge du Fer jouent un rôle actif de conduite des eaux ; alors qu’en amont certains tronçons ont été massivement comblés de déchets de briquetage. Dans la plaine alluviale en amont de Marsal, dans le secteur des « Grands Roseaux », le croisement des données géophysiques, géo-archéologiques et archéo-géographiques a permis d’obtenir une première esquisse chrono-stratigraphique de la succession des paléo-chenaux de la Seille, en particulier pour la période historique.


Enfin, une surface de 10 hectares a été reconnue en 2015 par prospection géomagnétique par le groupe PZP, sous la direction de Thorsten Riese (Marburg ; Allemagne). La reconnaissance du secteur de la plaine alluviale à l’est de Marsal (aux « Grands Roseaux ») a révélé un paysage enfoui particulièrement complexe, qui est associé au tracé d’une série de paléo-chenaux. Des structures archéologiques paraissant appartenir à des installations de production du sel d’époque médiévale ont également été détectées.

 

Dernières découvertes de la campagne de fouille 2014

Retour à la page de présentation