La fouille de Marsal

Dernières découvertes de la campagne de fouille 2016

 

 

 

La campagne de terrain 2016 avait pour objectif principal la reconnaissance des limites orientales du secteur d’atelier de sauniers du VIe s. av. J.-C. (Hallstatt D1) détecté en prospection géomagnétique par le groupe PZP (Marbourg, Allemagne) sous le tracé d’un paléochenal traversant les zones d’ateliers protohistoriques dits du « Pransieu A » et du « Pransieu B », à l’ouest de Marsal. Auparavant, la campagne de fouille 2015 avait permis de révéler l’organisation générale des structures artisanales – qui sont composées essentiellement de structures de combustion et de fosses de fonctions variées – et de reconnaître l’extension centrale de ce petit atelier développé sur une surface d’environ 1000 m².


La fouille de l’été 2016 a permis d’identifier une série de 36 structures archéologiques nouvelles, portant à 125 le nombre total de structures actuellement reconnues sur ce site. Il s’agit principalement de structures de combustion de plan circulaire, fonctionnant avec des récipients à saumure en terre cuite de type « bassines » ou « cuvettes », à fond plat. Comme en 2015, plusieurs structures en fosses ont livré par ailleurs un mobilier indiquant plus particulièrement une occupation de type habitat (céramique domestique, faune), qui tranche notamment avec le matériel technique généralement recueilli dans le comblement des structures artisanales.


La limite orientale de l’atelier est apparue fixée par l’incision d’un paléochenal actif semble-t-il durant le second âge du Fer (Paléochenal I), qui a recoupé une série de grandes fosses au fond et aux parois irrégulières, qui peuvent être interprétées comme des creusements d’extraction d’argile. Par la suite, le cours d’un second paléochenal (Paléochenal II) est venu inciser les dépôts alluviaux accumulés à l’emplacement de l’atelier. En 2016, une rangée de piquets de bois, barrant l’axe du chenal, a été reconnue sur une vingtaine de mètres de longueur. Attribuée à une structure de type pêcherie, cette construction est par le radiocarbone des XIe-XIIe siècles. On notera cependant qu’elle recoupe un niveau organique déposé à la base du comblement du chenal médiéval, dans lequel ont été découverts des chutes de travail du bois, ainsi que les fragments incomplets d’une nasse à poisson en osier.


Les prospections géophysiques de l’environnement des ateliers de sauniers du « Pransieu A et B » ont été poursuivies en 2016 sur une surface totale de 10 hectares. Bordant immédiatement la limite du secteur d’atelier dit du « Pransieu B », un vaste ensemble d’anomalies linéaires est apparu sur une longueur de plus de 150 m. Il s’agit semble-t-il d’un système constitué d’un double fossé bordé d’une levée aboutissant vers l’est à une entrée en entonnoir, qui donne sur les concentrations de fourneaux. À l’ouest, cette construction parait aboutir à une grande structure quadrangulaire d’une quinzaine à une vingtaine de mètres de côté ; le système de double fossé semblant se poursuivre ensuite vers l’ouest. Contre les fortifications de la place de Marsal, est apparu d’autre part un nouveau secteur d’atelier aux structures d’un type encore inédit, qui paraît bordé par un grand fossé ou un chenal. Ce nouveau secteur d’atelier date probablement de la période gauloise.
 

Dernières découvertes de la campagne de fouille 2014

Dernières découvertes de la campagne de fouille 2015

Retour à la page de présentation