Des objets de luxe de la vallée du Nil

Des objets de luxe, témoins de la naissance de la royauté dans la vallée du Nil

 

Les artisans de l’Égypte prédynastique montrent une très grande et très précoce maîtrise de la fabrication d’objets en pierre. À des époques aussi lointaines que le Badarien (5000-3900 av. J.-C.) ou celle de Nagada I (3900-3500 av. J.-C.) en Haute-Egypte, des vases en pierre tendre ou dure font déjà partie de la panoplie funéraire. Ceux-ci sont vraisemblablement considérés comme des dépôts de grand prix, au regard de l’investissement en terme d’effort et de temps passé pour l’extraction du matériau brut et sa transformation. Selon un procédé métonymique fréquent dans la langue égyptienne ancienne, la production d’objets en pierre est tellement importante que l’image du foret finit par représenter au cours de la IIIe dynastie, le mot et l’idée de « création » et d’ « artisanat ». Les travaux de recherche, entrepris depuis une vingtaine d’années, ont permis la reconnaissance des gisements de roches exploitables, l’identification des procédés de fabrication et l’établissement d’une typologie à partir des formes connues à ce jour. Le musée d’Archéologie nationale a récemment eu la chance d’acquérir sur le marché de l’art trois de ces vases en pierre dure qui enrichissent substantiellement l’un des principaux pans de sa collection d’archéologie extra-nationale.

 

 

 

Des formes géométriques épurées


Dans ce lot figurent un vase tronconique en basalte et deux vases de forme très originale, l’un en calcaire fin et l’autre en brèche rouge, présentés pour la première fois au public.
D’une fabrication soignée, le vase tronconique, haut de 7 cm, possède un fond plat soigneusement régularisé et une lèvre en bourrelet légèrement saillant. Des exemplaires similaires, découverts dans la région de Badari en Moyenne-Egypte, entre 5000 et 4000 avant J.-C., ont également été identifiés sur le site de Merimde, dans la région du Delta. Le vase du MAN remonte donc au moins à l’époque de Nagada I. De proportions identiques, un exemplaire similaire conservé au Brooklyn Museum, provient du site d’Adaïma fouillé en 1906-1907 par Henri de Morgan qui dut l’attribuer au musée de New York lors du partage des découvertes avec Saint-Germain-en-Laye. L’acquisition d’un exemplaire similaire au type canonique et en excellent état de conservation comble donc une lacune dans la série du MAN.

 

 

De curieux vases en forme de sac