Fouilles archéologiques de Marsal

Chantier-école international de Marsal (Moselle)

 

Campagne d’été 2017 (29 juillet au 2 septembre 2017)
 

Présentation du site


À une vingtaine de kilomètres de Nancy, en Lorraine, se trouve l’un des sites les plus extraordinaires de l’âge du Fer européen. Les vestiges, connus sous le nom de « Briquetage de la Seille », consistent en de gigantesques accumulations de déchets de terre cuite, dont la masse totale atteint le volume prodigieux de près de 4 millions de mètres cubes (soit presque deux fois celui de la Grande Pyramide de Khéops !). Ces amas dispersés sur une longueur de 10 kilomètres forment des monticules dont les plus importants atteignent des hauteurs de plus de 12 mètres. Il s’agit des vestiges d’un ensemble de centres de production du sel, datant de l’âge du Fer (VIIème-Ier siècles av. J.-C.) qui exploitaient des sources salées naturelles.

Depuis 2001, un programme de recherches pluridisciplinaires est conduit sous la direction du Département d’Archéologie celtique et gauloise du Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Une nouvelle phase de recherches a débuté en 2014. Les fouilles portent sur un atelier de sauniers celtiques du  VIe siècle av. J.-C. situé à Marsal (Moselle). Les recherches de terrain sont menées dans le cadre d’un chantier-école international encadré par une équipe de chercheurs professionnels et de doctorants.

Le chantier-école de Marsal a pour principal objectif la formation des futurs jeunes archéologues européens. L’accent est porté sur l’apprentissage du métier de chercheur de terrain. L’originalité du programme de formation tient au caractère pluri-disciplinaire des recherches : celles-ci font appel aux prospections géophysiques, aux recherches paléo-environnementales et aux analyses de laboratoire. L’un de ses points forts est l’étude de l’impact sur l’environnement de l’activité « proto-industrielle » d’extraction du sel, étude à laquelle contribuent les fouilles et les recherches sur l’histoire du paysage.
 

La fouille d’un atelier de sauniers celtiques du VIe s. av. J.-C.  

Les fouilles actuelles ont pour objectif l’étude de l’organisation d’un atelier de sauniers celtiques et la reconstitution de la technique de production du sel à l’âge du Fer. Les recherches de terrain consistent à étudier un secteur de structures techniques et d’accumulations de déchets de production, et d’en restituer l’organisation et la chronologie.  

Les fouilles permettent également d’avancer dans la connaissance de la relation des structures de production avec les zones d’habitat. Celles-ci étaient manifestement peu éloignées des installations de sauniers, ainsi qu’en témoigne la forte proportion de restes domestiques (céramiques, restes osseux animaux portant des traces de découpe de boucherie…) rejetés avec les déchets industriels.


Renseignements complémentaires et modalités d’inscription

Les cycles de formation de terrain :

La formation dispensée sur le chantier-école de Marsal s’articule selon deux cycles successifs :

Cycle 1 (Fouilleurs débutants) :
- première année (novices) : introduction aux techniques de terrain
- deuxième année (fouilleurs) : introduction aux techniques d’enregistrement des données de fouille

Cycle 2 ( Fouilleurs confirmés) :
-  troisième année (assistants) : introduction aux techniques de traitement des données
-  quatrième année (experts) : introduction aux techniques d’analyse des données

Le chantier-école :

La formation dispensée correspond à un cycle de quatre semaines de travail de terrain pour le cycle 1 (1er août au 27 août 2016) auxquelles s’ajoute une semaine de travail post-fouille pour le cycle 2 (28 août au 2 septembre 2017).

Sur le terrain, les stagiaires apprennent à reconnaître la présence de sites et à reconnaître les principaux types de restes archéologiques. Ils sont entraînés à pratiquer des prospections archéologiques au sol et participent aux opérations de prospection géophysique.

En fouille, ils apprennent à reconnaître les différentes formations du sol, d’origine anthropique et/ou naturelle. Les stagiaires sont conduits à utiliser les instruments de topographie de chantier. Ils apprennent à identifier et à enregistrer les vestiges découverts, à déterminer les différents types de restes et à les extraire du terrain, en particulier par tamisage systématique. Ils sont également formés à participer à l’enregistrement des restes et des structures archéologiques.

Une partie importante de la formation dispensée à Marsal est consacrée au traitement des données archéologiques. Les stagiaires participent aux travaux de conservation préventive, de conditionnement et de classement du mobilier archéologique. Ils sont entraînés à réaliser des décomptes et des mesures de vestiges.

À l’issue du stage, un certificat de validation des acquis est délivré aux stagiaires. En cas de succès, celui-ci leur permet de poursuivre leur formation dans l’année ou le cycle supérieur.


Les enseignements annexes :

Des cours annexes, dispensés par des chercheurs professionnels ou des doctorants, sont donnés aux stagiaires. Ces cours pratiques concernent la topographie de chantier, les techniques de fouille, l’identification des matériaux archéologiques, l’enregistrement des données ou encore la législation archéologique. Les étudiants de Master ou de Doctorat qui participent à la fouille présentent également les résultats de leurs travaux.

Au cours de leur séjour, les stagiaires peuvent visiter plusieurs sites et chantiers archéologiques. Au Musée du Sel de Marsal, ils découvrent l’archéologie de la vallée de la Seille. Selon le calendrier des opérations en cours, ils sont accueillis sur un chantier d’archéologie préventive mené dans la région.



Pour s’inscrire à la prochaine session du chantier-école de Marsal :

La prochaine session d’été du chantier-école international de Marsal aura lieu sur le site de Marsal (Moselle), du samedi 29 juillet au samedi 2 septembre 2017. L’accueil des stagiaires se fera le vendredi 28 juillet 2017 dans l’après-midi. Leur départ aura lieu le samedi 26 août dans l’après midi pour les fouilleurs débutants (cycle 1) et le samedi 2 septembre dans l’après-midi pour les fouilleurs confirmés (cycle 2).

Pour participer à la fouille, il est indispensable de bénéficier d’un état de santé compatible avec une activité physique intense pratiquée en plein air. Il n’est pas nécessaire de disposer déjà d’une expérience archéologique de terrain pour s’inscrire en première année de cycle 1 (novices). En revanche, une assurance individuelle ainsi qu’une vaccination antitétanique à jour sont obligatoires pour tous. L’âge minimum requis est de 18 ans.

Pour les fouilleurs débutants (cycle 1), la participation forfaitaire aux frais d’hébergement et de séjour est de 350 €. La participation est gratuite pour les fouilleurs confirmés, qui bénéficient d’une bonne expérience de terrain leur permettant d’encadrer les débutants et de s’inscrire en cycle 2. L’inscription à l’ensemble du cycle de 4 semaines est exigée pour le cycle 1 (novices et fouilleurs) et à l’ensemble du cycle de 5 semaines pour le cycle 2 (assistants et experts). L’intégration des stagiaires à l’équipe de fouille est validée après une période d’essai de 3 jours. En cas de désistement en cours de stage ou moins de quatre semaines avant le début de la campagne, les frais d’inscription et de participation ne sont plus remboursés.

Envoyez votre Curriculum Vitae ainsi qu’une lettre de motivation à :

Laurent Olivier, Conservateur en chef du Patrimoine, responsable du département d’Archéologie celtique et gauloise

Musée d’Archéologie nationale, 78105 Saint-Germain-en-Laye cedex

Adresse électronique : laurent.olivier@culture.gouv.fr


 


 

Les partenaires scientifiques du projet :

Le chantier-école international d’archéologie de Marsal est mené en partenariat avec les organismes et institutions scientifiques suivantes :

En France :

- Le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (Paris)
- Le Laboratoire d’Anthropologie moléculaire de Strasbourg
- Le Laboratoire d'Anthropologie médicale et médico-légale (Montigny-le-Bretonneux)
- Le Laboratoire IRAMAT du CNRS (Orléans)
- L’université de Bretagne occidentale (Brest)
- L’université de Rennes 2
- L’université de Tours

En Europe :

- L’université de Bochum et le Deutsches Bergbau-Museum (Allemagne)
- L’université de Bradford (Département des Sciences de l’Archéologie, Grande-Bretagne)
- Le Curt-Engelhorn-Zentrum Archäometrie, Mannheim (Allemagne)
- L’université de Londres (département de géographie, Grande-Bretagne)
- L’université de Louvain-la-Neuve (Département d’Archéologie, Belgique)
- Le Max Planck Institute (Leipzig, Allemagne)
- Le Muséum d’Histoire naturelle de Vienne (Autriche)
- L’université de Reading (Département de Géographie, Grande-Bretagne)


Dans le reste du monde :

- L’université de Pékin (Département d’Archéologie, Chine)

 

La fouille de Marsal : la campagne de fouille 2015



 

La fouille de Marsal : campagne de fouille 2014

 

 



En savoir plus :

 

Dans les revues régionales :

 
OLIVIER L. (2003) – Nouvelles recherches sur l’exploitation du sel de la Haute Seille à l’âge du Fer. Le Pays lorrain, 84, p. 15-26.

OLIVIER L. (2007) – Les « maîtres du sel » celtiques et gaulois de la vallée de la Seille (Moselle). Le Pays lorrain, 88, p. 5-14.

OLIVIER L. (2008) – L’Or blanc des Celtes de Lorraine. Les découvertes des fouilles du Briquetage de la Seille. 50sept, 10, p. 16-21.

OLIVIER L. (2014) – L’exploitation du sel à l’âge du Fer dans la vallée de la Seille : l’exemple de l’atelier de « La Digue » à Marsal (Lorraine). Le Pays lorrain, 84, p. 7-22.

Dans les revues scientifiques françaises :

 
OLIVIER L. (2001) – Nouvelles recherches sur le « Briquetage de la Seille » (Moselle), une exploitation proto-industrielle du sel à l’âge du Fer. Antiquités Nationales, 32 (2000), p. 143-171.

BOURGEOIS B., PERRIN J. et FEUGA B. (2004) – Cartographie 3D de l’interface eau douce/eau salée par méthode électromagnétique héliportée sur le bassin salifère de Lorraine. Revue française de Géotechnique, 106-107, p. 145-156.

OLIVIER L. (2004) – Le Briquetage de la Seille (Moselle) : premiers résultats d’un programme de reconnaissance archéologique d’un complexe d’ateliers du sel de l’âge du Fer en Lorraine. Antiquités nationales, 35 (2003), p. 236-247.

OLIVIER L. (2007) – Le « Briquetage de la Seille » (Moselle) : bilan d’un programme de cinq années de recherches archéologiques (2001-2005). Antiquités nationales, 37 (2005), p. 219-230.

OLIVIER L. et KOVACIK J. (2008) – Premières découvertes des nécropoles des communautés de sauniers de l’âge du Fer du Briquetage de la Seille à Marsal (Moselle). Antiquités nationales, 38 (2006-2007), p. 181-202.

OLIVIER L. (2009) – Nouveaux ensembles funéraires de sauniers de l’âge du Fer du Briquetage de la Seille (Moselle). Antiquités nationales, 39 (2008), p. 255-263.

OLIVIER L. (2010b) – Contribution à l’étude de l’évolution techno-typologique des modes de production du sel dans la vallée de la Seille (Moselle) à l’âge du Fer. Antiquités nationales, 40 (2009), p. 119-137.

OLIVIER L., en collaboration avec BRANCH N., BRAVARD J.-P., COUTELLE A., CHARLIER P., EVANS J., JAY M., JOUANIN G., MONTGOMERY J., KREMER C., LAGADEC J.-P., LI S., REMOR G., RIDDIFORD N.G., TEGEL W., WILLIAMS K. et WIRTZ B. (2011) – Nouvelles recherches sur le site de sauniers du premier âge du Fer de Marsal « la Digue » (Moselle). Antiquités nationales, 41 (2010), p. 126-160.

Dans les actes de colloques internationaux :

 
OLIVIER L. (2013) – Les ateliers d’extraction du sel en Moselle : l’apport de la géophysique. Dans THIEBAULT S. et DEPAEPE P. (dir.) : L’archéologie au laboratoire. Paris, éditions La Découverte, p. 255-266.

OLIVIER L., en collaboration avec Simon Jusseret, Magali Watteaux, Naomi Riddiford et Nicholas Branch (2015) –: Le « Briquetage de la Seille » (Moselle) : géoarchéologie et archéogéographie d’un complexe d’exploitation intensive du sel à l’âge du Fer. Dans OLMER F. et ROURE R. (dir.) : Les Gaulois au fil de l’eau. Actes du 37e Colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer (Montpellier, 2013). Bordeaux 2015, éditions Ausonius, vol. 1, p. 515-537.

Dans les revues internationales et les ouvrages étrangers :

 
OLIVIER L. et KOVACIK J. (2006) – The Briquetage de la Seille (Lorraine, France) : Proto-industrial Salt Production in the European Iron Age. Antiquity, 80, 109, p. 558-566.

OLIVIER L. et KOVACIK J. (2007) – The Contribution of Geophysical Reconnaissance towards Understanding to Proto-industrial Salt Making Workshops of the « Briquetage de la Seille » (Moselle, France). Dans Posselt M., Zickgraf B. et Dobiat C. (dir.) : Geophysic und Ausgrabung. Einsatz und Auswertung zerstörungsfrei Prospektion in Archäologie. Radhen, éditions Marie Leidorf (Internationale Archäologie : Naturwissenschaft und Technologie, vol. 6), p. 327-251.

OLIVIER L. (2010) – The « Briquetage de la Seille » (Moselle, France) : An Iron Age Proto-Industrial Salt-Extraction Center. Dans Shuicheng LI et Lothar VON FALKENHAUSEN (dir.) : Salt Archaeology in China. Volume 2 : Global Comparative Perspectives, p. 239-259.

Dans les revues de vulgarisation scientifique :

 
OLIVIER L. (2004) – Nouvelles recherches sur l’Or blanc des Celtes. Archéologia, n° 413, juillet-août 2004, p. 34-44.

OLIVIER L. (2004) – L’Or blanc des Celtes de Lorraine. L’Histoire, n° 292, novembre 2004, p. 32-33.

OLIVIER L. (2004) – Les Gaulois ont développé une industrie du sel. La Recherche, n° 380, novembre 2004, p. 18-19.

DESLOUIS E. (2006) – La vallée de l’Or blanc. Sciences et Vie Junior, n° 201 (juin 2006) p. 78-81.

OLIVIER L. (2010) – Des objets en bois d’époque celtique à Marsal. Archéologia, n° 482, novembre 2010, p. 8.

OLIVIER L. (2013) – Les bois celtiques de Marsal. Archéologia, n° 508, mars 2013, p. 5.

OLIVIER L. (2013) – Une sépulture de catastrophe à Marsal. Archéologia, n° 514, octobre 2013, p. 6.

OLIVIER L. (2014) – Morts sans sépultures à Marsal (Moselle). Archéologia, n° 525, octobre 2014, p. 10.