Salomon Reinach

Salomon Reinach

Salomon Reinach

Les grandes figures du musée
Partager
Origine et date: 
1858 - Saint-Germain-en-Laye / 1932 - Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Archéologue, philologue et épigraphiste français.
Artiste(s): 

Salomon Reinach a écrit plus de sept mille articles et une centaine d'ouvrages, dans les domaines les plus variés. Au début de sa carrière, commencée à l'Ecole normale supérieure et à l'Ecole française d'Athènes, puis en Afrique du Nord, il s'initie à la pratique des fouilles archéologiques en Asie Mineure, dans les îles grecques puis en Tunisie. 

 

Salomon Reinach au Musée des Antiquités nationales

 

En 1885, Alexandre Bertrand obtient sa nomination comme attaché du Musée des Antiquités nationales qu'il ne devait plus quitter, devenant conservateur-adjoint en 1893, puis conservateur et directeur à partir de 1902, jusqu'à sa mort. Bertrand le familiarise avec l'archéologie celtique et gallo-romaine. Il aménage les salles du musée, multiplie les catalogues et les inventaires et compile des répertoires sur les statues grecques et romaines, les peintures du Moyen-Age et de la Renaissance, et les vases grecs et étrusques.

Dès son entrée au musée de Saint-Germain-en-Laye, il enrichit la bibliothèque de milliers de publications scientifiques et de guides pour le public. Son souci de vulgarisation est grand et se traduit par le succès des cours d'archéologie nationale qu'il donne dans le cadre de l'Ecole du Louvre, entre 1890 et 1892, et de 1895 à 1910.

Grâce à ses très nombreux contacts internationaux, Salomon Reinach permet d'enrichir le Musée des Antiquités nationales de très nombreuses séries étrangères. Son rayonnement scientifique est immense et il joue un rôle de premier plan dans de nombreuses sociétés savantes. C'est l'un des piliers de l'une des plus importantes revues archéologiques françaises, la Revue archéologique, dont il devient secrétaire de rédaction en 1885, puis directeur, avec Edmond Pottier (figure centrale de l'archéologie classique), en 1903 et jusqu'à sa mort. 

Son érudition prodigieuse et sa capacité de travail exceptionnelle, qu'il gardera jusqu'à la fin de sa vie, suscitent l'admiration.

Dans son discours prononcé au cours de la journée commémorative à sa mémoire, Raymond Lantier, son successeur, se souvient des dernières années : 

"Dans l'existence si bien ordonnée de Salomon Reinach, trois matinées étaient consacrées, chaque semaine, à Saint-Germain. Dix heures sonnaient à l'horloge du château, lorsqu'il entrait dans la bibliothèque, suivi du gardien, porteur de ses deux serviettes, l'une renfermant les documents relatifs à la conservation, l'autre les paquets de notes destinées à la "Revue archéologique", dont il assurait la plus large part de la rédaction. 

Tout se passait comme sur un rythme depuis toujours établi : classement dans le carton de la Revue de l'abondante moisson des dernières lectures, puis dépouillement du courrier où figuraient maintes demandes de renseignements, parfois assez pittoresques, auxquelles il répondait aussitôt avec autant de patience que de bonne grâce. 

Je lui dois ce conseil que j'ai toujours suivi, de répondre, autant que faire se peut, à toute lettre par retour du courrier. Que chaque fois aussi ai-je été le témoin de la facilité avec laquelle il pouvait, tout en poursuivant une conversation, rédiger, dans leur propre langue, ses réponses à des correspondants étrangers."

 

Pour aller plus loin :

- Liens :

http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/di...