Claude Frédéric-Armand Schaeffer

Claude Frédéric-Armand Schaeffer

Claude Frédéric-Armand Schaeffer

Les grandes figures du musée
Partager
Origine et date: 
1898 – Strasbourg (Bas-Rhin) / 1982 - Saint-Germain-en-Laye
Archéologue français.
Artiste(s): 

Un archéologue alsacien

 

Fils d’industriel, il se passionne rapidement pour l’archéologie. Il fait ses études à l’université de Strasbourg puis à Oxford. Il s’intéresse d’abord à l’étude de la protohistoire régionale et publie plusieurs contributions à l’archéologie alsacienne. L’essentiel de son activité consiste à étudier de façon exhaustive la collection Nessel provenant de l’exploration de tumuli de la forêt de Haguenau (Bas-Rhin). Deux volumes sont publiés à ce sujet en 1926 et 1930 et font de Cl. Schaeffer l’un des meilleurs et des plus actifs archéologues de sa génération.

 

Ougarit : le site d'une carrière

 

En 1924, il devient conservateur du Musée archéologique de Strasbourg et du cabinet de numismatique de la bibliothèque universitaire. Au printemps 1928, un paysan laboure son champ et met au jour un tombeau en pierre de taille, qui s’avère être du Bronze récent, près du port de Lattaquié en Syrie. C’est en 1931 que ce site, appelé Ras Shamra, est identifié comme l’antique Ougarit.

René Dussaud et Claude Schaeffer identifient les échantillons et le plan du tombeau comme provenant d’une installation égéenne. Ce dernier se voit confier une première mission de fouilles. Claude Schaeffer y mènera 32 campagnes de fouilles annuelles réparties sur 41 ans.

L’archéologue publie plusieurs ouvrages sur ce site.

 

Ses autres travaux

 

En 1933, il est nommé conservateur-adjoint au Musée des Antiquités nationales, poste qu’il occupe jusqu’en 1946. Il dirige des campagnes de fouilles à Chypre dans les années 1930 qui sont, elles aussi, fructueuses. Après la Seconde de Guerre mondiale, il développe encore davantage les fouilles à Chypre, et plus particulièrement à Enkomi.

A l’appel du Général de Gaulle, il décide de rejoindre la Marine française libre. Au lendemain de la victoire, il devient directeur de recherche au CNRS. Il publie en 1948 le résultat de ses recherches en Asie occidentale entre 1929 et 1939, intitulé Stratigraphie comparée et chronologie de l’Asie occidentale (IIIe et IIe millénaire), Syrie, Palestine, Asie Mineure, Chypre, Perse et Caucase. A l’Ecole du Louvre, il succède à Raymond Lantier comme professeur de préhistoire européenne et d’archéologie nationale (1951-1954). Il est élu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et au Collège de France en 1953 et y enseigne pendant quinze ans tout en continuant ses fouilles.

Durant ses dernières années, il se consacre à la préparation du Corpus des cylindres-sceaux de Ras Shamra-Ougarit et d’Enkomi-Alasia, qu’il parvient à achever avant sa mort.

 

Pour aller plus loin :

- Bibliographie :

GRAN-AYMERICH E., Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945, Paris, CNRS Editions, 2001. 

WILL E., « Nécrologie : Claude Schaeffer (1898-1982) », In : Syria, Tome 60, Fascicule 3-4, pp. 343-345, 1983. 

 

- Liens :

www.universalis.fr/encyclopedie/claude-schaeffer/

https://salamandre.college-de-france.fr