Sépulture de Magny-Lambert

Sépulture de Magny-Lambert

Sépulture de Magny-Lambert

Parcourir les CollectionsLes Âges du fer
Partager
Origine et date: 
Magny-Lambert (Côte-d’Or)
Tumulus du « Monceau-Laurent »
7e siècle avant J.-C.
Artiste(s): 

Dès le 9e siècle avant notre ère, des ensembles d’armement et d’équipement équestre appartenant à des cavaliers à épée se multiplient dans les dépôts et les sépultures de la fin de l’Âge du Bronze. Ces élites masculines guerrières sont enterrées dans des tumulus de grandes dimensions et bénéficient du nouveau mode de traitement funéraire que constitue l’inhumation. Les tombes à armement se développent sur l’ensemble de l’Europe au cours des 8e et 7e siècles avant notre ère.

Ces sépultures privilégiées sont accompagnées de services à boire, parfois en vaisselle métallique comme ici. Le diamètre original de ce tumulus a été estimé à près de 41m. Le guerrier reposait sur une sorte de dallage de pierres plates aménagé sur un terrain bien nivelé. Il était accompagné d’un mobilier funéraire associant la longue épée en fer à un rasoir en bronze, ainsi que de la vaisselle à boire (une ciste, un puisoir, un bol) et des restes de vases en céramique. La longue épée conserve sur la lame des empreintes laissées dans la rouille par des textiles qui ont été en contact avec elle au moment de l’inhumation.


Importée de Méditerranée, la ciste est un récipient métallique en forme de seau cylindrique. On y mettait de l’hydromel ou du vin qui servait à la boisson des convives et aux libations offertes aux dieux lors d’un repas funéraire. Cette ciste, composée de feuilles de bronze chaudronnées rivetées, possède des renflements horizontaux parallèles appelés « cordons ». Le fond semble avoir été réparé dans l’Antiquité avec une plaque de bronze fixée par trois rivets.
Deux anses sont fixées par des clous à tête conique à la partie supérieure du récipient. Deux pendeloques, qui portent sur les côtés deux têtes de palmipèdes stylisées, sont accrochées à chacune des anses.


Ce rasoir de bronze reposait à 25cm de la tête du défunt. Il possède une bélière de suspension et sa lame ajourée présente deux ouvertures triangulaires symétriques. Son association est fréquente, dans les sépultures contemporaines des tumulus bourguignons, avec la grande épée de fer. Dans la tombe, il voisinait avec la vaisselle à boire.


Cette coupe est en bronze martelé. Le bord est plat et le fond présente un double ombilic. L’ornementation sur le dessus de l’épaule consiste en une forte cannelure.