Plan des jardins

Plan des jardins

Plan des jardins

Objets documentaires
Partager
Origine et date: 
St Germain. Avenue du Boulingrin, Parterre.

Plan daté du 31 décembre 1844

Par Alexandre Prosper Loaisel de Tréogate
Artiste(s): 

Ce plan, d’une très grande précision, a été dressé peu après que le projet du tracé du chemin atmosphérique par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain a reçu l’approbation du Conseil des Ponts et Chaussées. Il s’agit dès lors d’attester la propriété et l’état des parcelles du domaine de la Couronne concernées par les travaux, à la veille de l’ouverture du chantier.

Le plan témoigne de la situation du Grand Parterre, du Parterre en biais et du Jardin de la Dauphine, près de deux siècles après leur création par André Le Nôtre. Les buis et topiaires ont laissé la place à de larges surfaces gazonnées, moins coûteuses à l'entretien.

Alexandre Prosper Loaisel de Tréogate, qui a signé ce plan, fut d’abord employé comme ingénieur-géomètre par la préfecture de la Seine avant de devenir, sous la monarchie de Juillet, ingénieur des Domaines de la Couronne. Il conserva cette situation jusqu’à la chute de Louis-Philippe en 1848.

La Liste civile, administration qui gérait le patrimoine du souverain, le payait à la tâche, pour établir les plans de ses différentes propriétés à travers la France, les mettre à jour ou encore en dessiner des copies. Il était en effet qualifié pour estimer les contenances et le prix des terrains pris à son employeur, et pour dresser des plans permettant à ses supérieurs d’appréhender leurs conséquences.

Le comte de Montalivet, intendant de la Liste civile, lui a également confié le soin de concevoir les aménagements imposés par la voie ferrée. C’est à lui que revient la charge de dresser non seulement les réagencements du Grand Parterre, mais également les projets d’un nouveau jardin anglais pour le terrain pris aux dépends de la forêt.


Corinne Jouys Barbelin

 

Les fonds d'archives du service des Ressources documentaires conservent de nombreux plans et estampes illustrant l'évolution du domaine et du château. Leur étude actuelle accompagne les recherche menées dans le cadre du projet Corpus numérique sur l'histoire du château et du domaine, du Labex Les passés dans le présent qui bénéficie du soutien apporté par l’ANR au titre du programme « Investissements d’avenir » (Convention attributive d’aide :ANR-11-LABX-0026-01).

Ce plan a été présenté lors de l'exposition "Un jardin de Louis-Philippe".