Commission de la Topographie des Gaules

Le projet de recherche Commission de la Topographie des Gaules (1858 - 1879) est un projet du LABEX - Les Passés dans le Présent.

 

 

 

 

Une création de Napoléon III

La Commission de la Topographie des Gaules (CTG) est une commission de savants créée par Napoléon III le 17 juillet 1858, avec pour objectifs de dresser trois cartes et de rédiger deux dictionnaires visant à éclairer la topographie antique du territoire national. Pour ce faire, la CTG -qui compte moins de 20 membres à sa création- va immédiatement tisser un grand réseau à travers le pays en nommant des correspondants dans tous les départements, s'appuyant souvent sur les sociétés savantes locales. Officiers, ingénieurs, archivistes, professeurs de lycée, hommes d'église et autres notables sont ainsi mobilisés pour mener des recherches dans leurs régions respectives et faire remonter ces informations à Paris, au Ministère de l'Instruction publique dont dépend la Commission.

 

 

Des travaux au service de l'archéologie

Les travaux de la CTG, menés sur le terrain mais aussi dans les bibliothèques devaient servir à l'empereur pour la rédaction de son Histoire de Jules César, ouvrage contesté mais néanmoins très novateur dans son approche. Au-delà du projet de l'empereur, les documents parvenus jusqu'à nous montrent que la CTG est étroitement liée à la fondation du “musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines”, ancêtre du musée d'Archéologie nationale. Les travaux de la CTG contribuent également à la connaissance du territoire et à l'émergence d'une archéologie scientifique.

 

Un héritage méconnu

La CTG a survécu à la chute du Second Empire ; elle ne disparaît que le 20 janvier 1880 lorsqu'elle est officiellement remplacée par la Commission de géographie historique de l'ancienne France.

Longtemps, il a été dit que les archives produites par la CTG dans le cadre de ses travaux, étaient conservées au Musée d'Archéologie nationale, alors que les archives témoignant de son organisation et de son fonctionnement étaient aux Archives nationales.

Aujourd'hui, nous savons que des documents se trouvent à l'Institut de Paléontologie humaine, à la Bibliothèque Mazarine, au Muséum national d'histoire naturelle, à l'Institut de France, aux Archives municipales de Toulouse, à la Bibliothèque nationale de France...

 

Un projet d'envergure

Qu'est-il advenu des archives ? Comment les identifier ? Quelles sont les typologies documentaires ? Le projet Commission de la Topographie des Gaules, financé par le Labex Les passés dans le présent et en partenariat avec le Musée d'Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, a pour objectifs de répondre à ces questions et de produire un recueil des sources permettant de restituer intellectuellement les fonds et de mettre à disposition de la communauté scientifique un matériel unique pour la recherche.

 

 

Bilan 2014

La campagne de numérisation, menée entre janvier et mars 2014, a permis de numériser de nombreux documents conservés au MAN (carnets de notes, relevés,  Album des fouilles d’Alise Sainte Reine)

La base de données épigraphique, qui regroupe les carnets Creuly et Robert ainsi que les planches, est à ce jour constituée de 825 fiches Filemaker (1 fiche par inscription, illustrée du document numérisé). Celles-ci détaillent 814 inscriptions, latines pour l'immense majorité. Au total, 6 carnets Creuly ont été entièrement traités (les numéros 1, 2, 3, 21, 17, 18 et 20) ainsi que 97 planches.

La base de données cartographique est quant à elle constituée de 574 fiches (1 carte/plan par fiche) dont 50 ont été photographiées. Sur ces 574 documents, 31 sont issus des travaux de la CTG.

Au cours de l'année 2014, près de 450 documents relatifs au fonctionnement de la CTG ainsi qu'à la politique archéologique du Second Empire et de la IIIe République ont été photographiés aux Archives Nationales.

Enfin, une bibliographie regroupant les publications et manuscrits rédigés par les quelques 126 membres et correspondants de la CTG identifiés à ce jour a été dressée. Elle compile à ce jour 675 références.

Coordination : Corinne Jouys Barbelin, conservateur du patrimoine, responsable du service des Ressources documentaires

 


Membres et correspondants de la CTG

 

À sa création, à l'été 1858, la CTG compte une vingtaine de membres, réunis sous la présidence de Félicien Caignart de Saulcy. Rapidement, elle s'enrichit de correspondants locaux nommés parmi les militaires, ingénieurs, archivistes, professeurs de lycée, ecclésiastiques et autres notables. Dans ses dernières années d'activité, elle comprend jusqu'à 140 personnalités.

Félix de Saulcy, Alexandre Bertrand, Anatole de Barthélemy, Edouard Lartet, Eugène Viollet-le-Duc, Casimir Creuly, et Alfred Maury, tous membres fondateurs de la CTG, sont nommés ès qualité dans la Commission consultative d'organisation du Musée. Cette instance est chargée des travaux de préfiguration du musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines, ancêtre du musée d'Archéologie nationale.

 


Carte des sites fouillés par les membres et correspondants de la CTG

Enquêtes de terrain de la CTG

 


Bibliographie de la CTG et de ses membres

 

Cette bibliographie thématique présente les quelques 700 monographies et articles produits entre 1858 et 1879 par la Commission de Topographie des Gaules en tant qu'institution, par ses membres parisiens, et par ses correspondants dans les départements.

La majorité des titres a été relevée par Charles-Emile Ruelle, administrateur de la bibliothèque Sainte-Geneviève, membre de la Société Nationale des Antiquaires de France, dans Bibliographie générale des Gaules – Répertoire systématique et alphabétique des ouvrages, mémoires et notices concernant l'histoire, la topographie, la religion les antiquités et le langage de la Gaule jusqu’à la fin du Ve siècle, Paris, 1886. Certains des titres, jamais parus, ont été signalés par le terme Manuscrit.

 

Bibliographie (téléchargez le document en pdf)