La grande terrasse

La Grande Terrasse, chef-d'œuvre d'André Le Nôtre

 

La Grande Terrasse aménagée par André Le Nôtre à Saint-Germain-en-Laye, pour Louis XIV, est l'une de ses plus belles réalisations. Aujourd'hui encore, elle met en valeur une vue superbe sur la vallée de la Seine et l'ouest parisien.

Balcon embrassant la vallée de la Seine, qu’elle surplombe de plus de 60 m, la Grande Terrasse est l'un des chefs-d’œuvre d'André Le Nôtre (1613-1700), le jardinier de Louis XIV. C'est après avoir remodelé les jardins de la résidence royale de Saint-Germain-en-Laye, où le roi s'est installé en 1666, que Le Nôtre s'attaque à cette réalisation magistrale, qui lui permet de mettre en pratique ses recherches sur la perspective et l'optique. Des travaux de terrassement énormes sont nécessaires pour créer, de 1669 à 1674, cet immense ouvrage, long de 1945 m (soit 1 000 toises) et large de 30 m, que souligne la lisière de la forêt de Saint-Germain-en-Laye.

 

Des effets visuels bluffants

La Grande Terrasse débute par un demi-cercle, le Belvédère, son tracé est ponctué par la demi-lune et s’achève par un octogone, dit le Rond-Royal, d'où l'on a un nouveau point de vue, soit sur le petit château du Val côté forêt, soit sur la vallée de la Seine et Maisons-Laffitte. Par une série d’effets visuels, Le Nôtre a réussi à imprimer une dynamique. Conscient qu’une ligne droite n’invite pas le promeneur, il abuse l’œil et crée une perspective raccourcie par une série de différences de niveaux (anamorphoses). Ainsi, pour diminuer visuellement la longueur réelle de la terrasse, le premier tiers du parcours est légèrement en pente jusqu'à la demi-lune, le reste est plat. Lorsque le promeneur arrive sur le plat, il a l'impression d'avoir parcouru la moitié de la distance, alors qu'en réalité il n'en a franchi qu'un tiers. Au XVIIe siècle, les effets visuels étaient accrus car la terrasse était simplement sablée, sans le gazon, l'allée et le garde-corps qui constituent des ajouts ultérieurs. On s'y promenait à cheval ou en carrosse. La promenade était bordée, côté forêt, d'ormes et de palissades ornées de charmilles. Aujourd'hui, c'est une rangée de plus de 400 tilleuls qui longe le parcours côté forêt. Grâce à l'arrivée du chemin de fer, la Grande Terrasse de Le Nôtre a été un lieu très à la mode, fréquenté par de nombreux promeneurs, de la seconde moitié du XIXe siècle aux années 1930.

 

 

Légende des illustrations


. Une vue vers Paris
La Grande Terrasse offre un panorama splendide sur l'ouest parisien.

. Une vue vers le Rond-Royal
Maître de la perspective et de l'optique, Le Nôtre a réussi à donner l'illusion d'une terrasse plus courte qu'elle ne l'est en réalité.