Edouard Lartet

Edouard Lartet

Edouard Lartet

Les grandes figures du musée
Partager
Origine et date: 
1801 – Saint-Guiraud (Gers) / 1871 – Seissan (Gers)
Paléontologue, préhistorien et géologue français, considéré comme le fondateur de la paléontologie humaine.

De 1820 à 1830, il étudie le droit à Toulouse et suit des cours d’histoire naturelle au Collège de France. De retour dans le Gers en 1830, il administre la propriété familiale et fait des recherches de géologie et de paléontologie tertiaires (-66 à -2,58 millions d’années).

 

L'affirmation de son intérêt pour l'archéologie et la paléontologie

 

En 1836, il découvre le Pliopithecus antiquus (singe fossile du Tertiaire) dans le Gers. Il s’agit de sa première grande découverte. C’est surtout à partir de cette période qu’il se consacre de façon pratiquement professionnelle à l’anatomie comparée et à la paléontologie. En 1851, il devient assistant au Museum d’Histoire naturelle. Cinq ans plus tard, il fait la découverte du Dryopithecus Fontani qui est un autre singe fossile du Tertiaire, à Saint-Gaudans (Pyrénées).

 

Les fouilles avec Henri Christy

 

A partir de 1860, il fouille avec le banquier anglais Henri Christy, son ami et mécène, à Massat (Ariège) et à Aurignac (Haute-Garonne) et y applique le principe de la stratigraphie. Ensemble, ils vont fouiller plusieurs grottes préhistoriques majeures : Le Moustier, Laugerie-Haute, Gorge d’Enfer, Les Eyzies, Laugerie-Basse, La Madeleine, Le Pech-de-l’Azé. Ils y découvrent de l’art mobilier paléolithique comme à Laugerie-Basse où plusieurs objets décorés sont mis au jour. Certains sont encore aujourd’hui des œuvres de référence. En 1865, il devient membre de la Commission d’organisation du Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines. L’année suivante, il fouille à Hallstatt (Autriche) avec A. John Evans et J. Lubbock.

L’année 1867 est importante pour E. Lartet car il préside la Commission de l’âge de pierre à l’Exposition universelle de Paris et le Congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistorique de Paris. Il obtient la chaire de paléontologie au Museum d’Histoire naturelle en 1868 mais n’y enseigne pas car il tombe malade.

 

Du profane au professionnel

 

Il est considéré comme un des tout premiers inventeurs de l’art du Paléolithique récent (environ 40 000 – 10 000 BP). L’idée d’un homme fossile tarde à s’imposer au sein de la communauté scientifique de l’époque. Il propose une des premières chronologies de la Préhistoire fondée sur la faune. Il établit ainsi la contemporanéité de l’Homme et du mammouth. A la fin de sa vie, E. Lartet acquiert l’entière reconnaissance officielle de la communauté scientifique en arrivant au sommet du cursus universitaire.

En 1875, paraît Reliquiae aquitanicae : being contribution to the Archaeology and Paleontology of Perigord and the adjoining provinces of Southern France, cosigné avec H. Christy (mort en 1865). 

 

Pour aller plus loin :

- Bibliographie :

GOULVEN L., « Edouard Lartet (1801-1871) et la paléontologie humaine », In : Bulletin de la Société préhistorique française, Tome 90, n°1, pp. 22-30, 1993.

GRAN-AYMERICH E., Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945, Paris, CNRS Editions, 2001.

 

- Liens :

http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/lartet-edouard.html