Dorothy Annie Elizabeth Garrod

Dorothy Annie Elizabeth Garrod

Dorothy Annie Elizabeth Garrod

Les grandes figures du musée
Partager
Origine et date: 
1892 - Londres / 1968 - Cambridge
Préhistorienne britannique.
Artiste(s): 

Née dans une famille de médecins, elle choisit d’étudier l’histoire. Elle est admise à l’Université de Cambridge et est reçue Bachelor of Arts pendant la Première Guerre mondiale. Elle s’engage et travaille dans les cantines de l’armée jusqu’en 1919.

 

Ses travaux en France et au Proche-Orient

 

En 1921, elle est diplômée d’anthropologie et se rend en France. Elle fait la rencontre de l’abbé Breuil à Niaux (Ariège) et aborde l’étude du Paléolithique. Elle s’initie ensuite à l’archéologie de terrain en fouillant à La Quina (Charente) avec L. Henri-Martin. En 1926, elle dirige sa première fouille à Gibraltar puis elle va en Palestine. La British School of Archaeology de Jérusalem lui confie, dès son arrivée, l’exploration de la grotte de Shukbah, dans les collines de Judée. Elle y découvre le Mésolithique palestinien qu’elle appelle le Natoufien.

 

La consécration

 

Elle commence à mener des travaux dans les grottes du mont Carmel à partir de 1929. Elle y conduit sept campagnes. Le but de ses recherches est de trouver le lien manquant entre les cultures paléolithiques du Proche-Orient et celles de l’Europe centrale. Elle rentre ensuite en Grande-Bretagne où elle est nommée professeur à Cambridge. D. Garrod est la première femme à enseigner dans une université aussi prestigieuse.

 

Une amie et collègue : Suzanne Cassou de Saint-Mathurin

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle travaille au Centre d’interprétation photographique de l’armée de l’air. Elle fait la connaissance de Suzanne Cassou de Saint-Mathurin en 1948 et renonce à l’enseignement au profit de la recherche. Les deux femmes fouillent ensemble à La Quina et à Angles-sur-l’Anglin où elles découvrent entre autre une frise sculptée du Magdalénien. En 1958, elle reprend ses recherches sur les grottes du mont Carmel afin de pouvoir replacer chronologiquement leurs premiers habitants.

Elle a développé, tout au long de sa carrière, de fructueuses collaborations internationales. D. Garrod est une pionnière des études préhistoriques au Proche-Orient. 

 

Pour aller plus loin :

- Bibliographie :

GRAN-AYMERICH E., Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945, Paris, CNRS Editions, 2001. 

 

- Liens :

http://trowelblazers.com/dorothy-garrod/

https://www.prm.ox.ac.uk/dgarrod.html

http://www.sculpture.prehistoire.culture.fr/fr/deux-femmes-dexception.html#