Alexandre Louis Joseph Bertrand

Alexandre Louis Joseph Bertrand

Alexandre Louis Joseph Bertrand

Les grandes figures du musée
Partager
Origine et date: 
1820 - Paris / 1902 - Saint-Germain-en-Laye
Helléniste français, instigateur et premier directeur du Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines.
Artiste(s): 

Un précurseur

 

A partir de 1850, Alexandre Bertrand s'installe à Athènes en tant que membre de l'Ecole française d'Athènes. D'une manière générale, il œuvre pour que se développe l'archéologie en France et en Grèce.

En 1858, il dirige la Commission de topographie des Gaules mise en place par Napoléon III. L'année suivante, il prend la tête de la Revue archéologique et en corrige le "conservatisme archéologique" en abordant la question de la préhistoire. Il est le premier des archéologues formés aux disciplines classiques à s'intéresser à la préhistoire et à reconnaître sa valeur scientifique. 1859 est aussi l'année où Darwin publie De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle et où Boucher de Perthes voit ses découvertes reconnues par Evans, Prestwich et Lyell.

Entre 1860 et 1865, Alexandre Bertrand et le général Creuly dirigent les fouilles du camp romain du mont Réa, sur le site d'Alésia. Elles confirment que la période de La Tène est la dernière phase de la civilisation celtique. Son travail participe à la mise en place de la protohistoire européenne. Il est également le premier à dresser une carte de répartition des monuments mégalithiques en France. La Gaule avant les Gaulois et L'Archéologie celtique et gauloise sont deux de ses publications qui s'efforcent d'imposer préhistoire et protohistoire. 

A l'Ecole du Louvre, il inaugure l'enseignement de la préhistoire. Il complète ses cours sur l'archéologie nationale par des séances dans les salles du Louvre et du Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines de Saint-Germain-en-Laye. Son enseignement permet l'entrée de l'archéologie nationale au Collège de France. En 1881, il est élu membre libre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. L'archéologie celtique est enfin reconnue officiellement. 

 

Alexandre Bertrand à Saint-Germain-en-Laye

 

En 1865, Bertrand est nommé membre de la Commission d'organisation du musée, à laquelle appartient aussi Félix de Saulcy. Afin d'élaborer son projet de Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines, son équipe s'inspire de l'expérience du Danemark et du Musée des Antiquités du Nord à Copenhague ainsi que du Römischgermanisches Museum de Mayence. A Saint-Germain, il adopte le classement chronologique. Le musée est pensé comme un lieu d'exposition, d'accueil du public et comme un centre d'études et de recherches. En classant et en répartissant les objets en fonction de critères rigoureux et éprouvés, Alexandre Bertrand et son successeur Salomon Reinach ont jeté les fondements d'une réelle archéologie celtique.

En 1879, le Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines devient le Musée des Antiquités nationales. Il y met en œuvre "l'archéologie historique" qui consiste à "appliquer les documents archéologiques à l'histoire nationale, faire de l'archéologue un auxiliaire de l'historien", l'archéologie devenant "un accroissement de l'histoire". Il établit ainsi la distinction entre l'"archéologue-historien" et le "géologue-préhistorien". 

 

Pour aller plus loin :

- Bibliographie :

GRAN-AYMERICH E., Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, CNRS Editions, 1998.

GRAN-AYMERICH E., Dictionnaire biographique d’archéologie 1798-1945, Paris, CNRS Editions, 2001.