Travaux au château

Un important programme de travaux de restauration et d’amélioration des conditions d’accès du public a été engagé au musée d’Archéologie nationale.

 

Des parties du château sont de nouveaux visibles !

 

Au début du printemps, la partie haute de la façade Ouest est dévoilée. Comme pour la façade Sud, les pierres abîmées ont été changées, les vases manquants sculptés et les enduits dégradés refaits. Le cadran de l’horloge, en lave émaillée, a été nettoyé et son cadre restauré. À l’occasion de la restauration, des traces de dorure d’époque ont pu être mis en évidence, ce qui a permis de justifier la restitution à la feuille d’or.

 

L’horloge du Château est ainsi de nouveau mise en valeur. Elle le mérite. Cette horloge date en effet de Louis XIV. Elle a été réalisée par Balthazar Martinot, horloger ordinaire du Roi (Rouen 1636, Saint-Germainen-Laye 1714) qui est à l’origine de nombreuses innovations dans son domaine. Son mouvement, complet et en bon état, sera restauré et remis en état de fonctionnement. L’horloge d’origine assurait à l’époque la sonnerie des heures et des quarts, reliée par un système de tringles au campanile. Au XIXe siècle, le mouvement de Balthazar Martinot sera remplacé par une horloge d’édifice de la maison Collin et Wagner, dont la signature apparaît sur l’actuel cadran.

 

 

 

 

Prochaines étapes de la restauration…

Pendant l’été, le pont d’entrée du Musée sera également restauré, son accessibilité améliorée, tant par l’éclairage que par la qualité du pavement. La sculpture qui couronne le portail, qui se trouvait autrefois au-dessus de l’entrée annexe de la Rue Thiers, et dont l’original se trouve dans les jardins du musée Carnavalet à Paris, sera nettoyée, ainsi que les plaques de marbre signalant tant l’entrée du Musée que le nom de Millet, qui a conduit la transformation à l’époque du Second Empire.

 

A l’issue de cette phase du chantier, le donjon, vestige du château médiéval, sera mis en chantier. Il sera suivi de la restauration de la sainte Chapelle, de ses vitraux, et de sa toiture en plomb, laquelle date du tout début du XIXe siècle. Plus tard, les façades Nord, qui font face aux grands parterres, et enfin les façades Est feront l’objet des mêmes soins, avant que les douves ne soient à leur tour réhabilitées.

 

Enfin, les travaux d’accessibilité de la Chapelle sont presque terminés. Ils permettront un accès des personnes à mobilité réduite et seront également un élément de mise en valeur de l’architecture de la Chapelle depuis la cour d’honneur, notamment par l’éclairage et la qualité des finitions.

 

Etat des travaux début 2017