NABIALLA

 

Depuis une quinzaine d’années, la partie caucasienne de la collection Morgan du musée d'Archéologie nationale a fait l’objet de travaux d’identification, de récolement, d’enregistrement informatisé et de restauration systématiques.

 

Cette collection, remarquable par son ampleur et sa rareté en dehors de la zone caucasienne, a été le prétexte au montage du projet NABIALLA (The Necropolises of Azerbaijan during the Bronze and Iron Ages in the Lenkoran and the Lerik Areas), élaboré en 2011 dans le cadre d’un accord de coopération scientifique et culturel quadriennal (2012-2015) négocié entre l’UMR 7041 du CNRS (Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie René-Ginouvès, Nanterre), l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie (IAE) de l’Académie Nationale des Sciences d’Azerbaïdjan (ANSAz), l’université de Rennes-2, le Service des Musées de France (Direction Générale des Patrimoines, Ministère de la culture et de la communication) et le  Musée d’Archéologie nationale (Saint-Germain-en-Laye), avec le soutien du Service des relations internationales et des affaires européennes de la Direction générale des Patrimoines (Ministère de la culture et de la communication), du Service de coopération et d'action culturelle de l'ambassade de France à Bakou et du Ministère des Affaires étrangères et européennes (Commission consultative des recherches archéologiques à l'étranger). 

Ce projet est co-dirigé par Michèle Casanova, professeur d'archéologie orientale à l'université de Lyon-2, Christine Lorre, conservateur en chef des collections d'archéologie comparée du musée d'Archéologie nationale et Abuzar Alekperov, chercheur à l'Institut d'Archéologie et d'Ethnographie (ANAz, Bakou).

Il a pour objectif  l’étude des sociétés de l’âge du Bronze et du Fer le long de la vallée du Lenkorân, traversant à la fois les districts actuels du Lenkorân et du Lérik (République d'Azerbaïdjan), zone d'exploration privilégiée par Jacques de Morgan à la fin du XIXe siècle. L’enjeu est d’essayer de préciser la séquence d’occupation de ces régions durant la transition entre l’âge du Bronze récent et le début de l’âge du Fer, période charnière en ce qui concerne les interactions culturelles entre les pays du Caucase, l’Iran et l’Anatolie.

 

Ce programme est organisé autour de deux axes de recherche :
 

  •  Axe 1 : le projet « Lenkorân-Lerik » qui constitue à proprement parler la Mission archéologique franco-azerbaïdjanaise de la région du Lenkorân constituée d'une équipe pluridisciplinaire qui effectue les travaux de terrains : prospections et fouilles ainsi que des études paléo-environnementales, géomorphologiques, archéo-zoologiques et anthropologiques.

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Axe 2 : le projet « Morgan »  destiné à conduire l'étude et la réévaluation du matériel archéologique découvert par Jacques de Morgan et conservé, tant en France au musée d'Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye, qu'à l'étranger (Musée national d'Histoire d'Azerbaïdjan à Bakou et Musée national de Géorgie à Tbilissi...).

Il est envisagé de valoriser les résultats de ces travaux, au moyen de publications scientifiques et « grand public » et grâce à l’organisation d'une exposition itinérante coproduite par la France et l'Azerbaïdjan.