Réseau des musées d’archéologie

La première journée du réseau des musées d’archéologie et collections d’archéologie en musée, organisée par le Musée d'Archéologie nationale (MAN) et le Service des Musées de France, s’est tenue le 24 septembre 2016 au MAN.

Une quarantaine de participants, venus de toute la France, ont pris une part active à cette journée. La diffusion de l’invitation avait été faite par l’intermédiaire des conseillers pour les musées et, de façon limitée, à l’attention de collègues dont nous avions les coordonnées. Dans l’attente d’une liste de diffusion plus complète, chacun est invité à relayer ce compte-rendu et de diffuser les informations sur cette première journée et celle qui se tiendra à Arles. Toutes les personnes intéressées doivent communiquer leurs coordonnées à Catherine Louboutin et Cécile Lantrain afin  que nous puissions constituer un répertoire étoffé.

 

Les interventions

Différents intervenants ont présenté des exemples de mises en réseau de musées.


À l’échelle nationale, ont été présentés :

- le réseau des musées techniques (RémuT) et son site internet, par Cédric MAGNIEZ, conservateur au musée Sainte-Croix de Poitiers
- la Conférence permanente des muséums, par Francis DURANTHON, directeur du Muséum de Toulouse



 

 

 

 

 

 

 

 

Des exemples de mises en réseau de musées d’archéologie ont également été présentés :

- le Réseau Archéologie Médiation (RAM) antique, dédié aux médiateurs des musées d’archéologie, par Véronique BEIRNAERT-MARY, directrice du musée de Bavay
- le réseau des musées d’archéologie d’Ile-de-France, par Laurence ISNARD, conseillère musées à la DRAC Ile-de-France
- les routes de l’archéologie, mises en place par l’AGCCPF PACA, par Béatrice VIGIÉ et Joëlle BOUVRY


Des documents complémentaires sont proposés en accompagnement de ce compte-rendu.

Ces exemples, suivis de temps d’échange, ont permis de nourrir la réflexion commune sur les attentes des représentants de musées présents et la forme que le réseau pourrait être amené à prendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux axes de discussions se sont dégagés
 

La nature et le fonctionnement du réseau
 
  1. Dans un premier temps au moins, il semble préférable qu’il concerne exclusivement les musées de France, représentés par les responsables de collections archéologiques, qu’ils soient ou non chefs d’établissement, que le musée soit un musée d’archéologie exclusivement ou qu’il abrite des collections archéologiques parmi d’autres types de collections
     
  2. Plutôt qu’une association, il faut envisager un réseau assez informel, doté d’un comité de pilotage, dépourvu de moyens humains ou financiers dédiés et fonctionnant donc de façon souple, sur le principe du bénévolat.
  3. À ce jour, le COPIL est constitué d’Éric Blanchegorge (Troyes), Thierry Dechezleprêtre (Épinal), Cécile Lantrain (SMF), Catherine Louboutin (MAN), Cédric Magniez (Poitiers) et Béatrice Vigié (Marseille)
     
  4. Il est pour l’instant privilégié de fonctionner avec une liste de diffusion et d’échanges par mail. S’est posé la question de construire un site internet ou d’être hébergé par un site existant : dans un premier temps le MAN se propose d’héberger sur son site une cartographie et une fiche d’identité très succincte des musées participants et proposera un canevas à la prochaine réunion.
     
  5. La question de la capitalisation des informations et de leur diffusion par le biais d’un blog, d’une liste de diffusion sur Yahoo ou sur Google groupes s’est posée, sans qu’une réponse ne se dégage, dans la mesure où elle mérite réflexion, le montage et l’entretien d’un forum étant une réelle charge. Un groupe de travail devra être constitué pour proposer des solutions adaptées et faciles à mettre en oeuvre
     
  6. Une charte d’adhésion a été considérée comme indispensable. Tous les professionnels et institutions souhaitant intégrer le réseau devront y adhérer.
     
Les objectifs et champs du réseau
 
  1. Outre la possibilité d’échanges informels et de questions ponctuelles, le réseau peut viser à répondre aux besoins récurrents des musées dans le domaine de la circulation d’informations et la construction de partenariats occasionnels ou durables.
     
  2. Le réseau doit définir des objectifs propres et établir des collaborations avec les réseaux parents, tels que le RIGMA (réseau interprofessionnel des gestionnaires de mobilier archéologique) et le RAM antique.
     
  3. Les centres d’intérêt et l’activité possible du réseau évoqués lors de cette journée ont été :
- la circulation des informations, scientifiques (colloques, journées d’étude, publications, etc.), culturelles (expositions, actions pédagogiques et médiatiques, etc.) ou « métier » (diffusion de documents administratifs, législatifs, déontologiques ou techniques ; communication sur des pratiques efficaces ou des « recettes » pour la gestion des collections ; coordonnées de bons -ou mauvais- prestataires, etc.)
- l’échange de questions/réponses relatives l’identification de collections, à leur documentation, leur statut, etc.
- la constitution et la maintenance d’un carnet d’adresses des musées participants et d’une fiche de présentation minimale des collections archéologiques des musées
- la proposition ou la demande de formations ;
- la construction de coproductions et de partenariats pour la mise en valeur des collections à l’échelle nationale
- le montage d’itinérance d’expositions
- le développement de prêts et de dépôts grâce à une meilleure connaissance des collections des musées.
Simplicité, fluidité, réactivité et économie de moyens humains et financiers ont été des exigences partagées par l’ensemble des participants.
 

La prochaine journée du réseau aura lieu à Arles, au Musée départemental de l’Arles Antique, le vendredi 31 mars 2017.


Parmi les thèmes que les membres du réseau ont souhaité voir abordés au cours de cette journée :

- la finalisation d’une charte pour le réseau, pour lequel a été proposée la dénomination de « Archéologie en musée » qui peut être discutée avec proposition d’un acronyme et d’un logo
- la réalisation d’une fiche d’identité des musées membres. Le Copil devra être en mesure de mettre à la discussion un projet
- la loi LCAP et ses conséquences pour l’enrichissement des collections archéologiques

Toute proposition visant à élargir l’ordre du jour de cette prochaine réunion est la bienvenue.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes ayant participé à cette première journée, ainsi que l’ensemble des intervenants, pour leur implication et les échanges qui s’en sont suivis.
 

Téléchargez le compte-rendu (pdf)

Liens utiles :