Statère d’or à l’effigie de Vercingétorix

Statère d’or à l’effigie de Vercingétorix

Statère d’or à l’effigie de Vercingétorix

Parcourir les CollectionsLes Âges du fer
Partager
Matière et technique: 
Or
Origine et date: 
Origine : Pionsat (Puy-de-Dôme)
1er siècle avant J.-C.
Artiste(s): 

Les statères (monnaies) arvernes à l’effigie de Vercingétorix présentent de lui un profil très hellénistique qui est sans doute plus conventionnel que réaliste. Sa tête est coiffée de larges boucles, une double mèche tombant sur la nuque. Le nez est long et droit, à large narine. Les lèvres sont étroites et charnues. À l’arrière se trouve la légende en caractères latins : (VERCIN)GETORIXS. Une autre série de monnaie le présente casqué. En tout, 25 statères d’or et deux pièces en bronze sont aujourd’hui connues. Toutes ces monnaies ont été frappées pendant la Guerre des Gaules. Le texte de Jules César et ces 27 monnaies sont les seuls témoignages littéraires et archéologiques de l’existence de Vercingétorix.

Malgré tout, que peut-on dire de lui ? Vercingétorix signifie en langue gauloise « le grand roi des guerriers ». Il est né entre 82 et 74 avant J.-C. quelque part en pays arverne, l’Auvergne actuelle, le peuple le plus puissant de Gaule au IIe siècle avant J.-C. Son père Celtill, noble riche et influent, rêve de rétablir la monarchie, abolie pour instituer un fonctionnement politique plus démocratique, mais il est mis à mort par ses compatriotes. Son fils Vercingétorix passe quelques années dans l’entourage militaire de César qui croit ainsi s’assurer l’alliance des Arvernes. Cependant, il est élu chef de la coalition à Bibracte, sur le Mont Beuvray, en 52 av. J.-C. Fait prisonnier à Alésia en septembre 52, sa renommée n’aura finalement duré que neuf mois. Sa légende ne faisait que commencer.