Elévation de la façade nord

Elévation de la façade nord

Elévation de la façade nord

Objets documentaires
Partager
Origine et date: 
Façade nord du château de Saint-Germain vue du Grand Parterre, (1845 ?), dessin aquarellé, attribué à Alexandre Prosper Loaisel de Tréogate.

La précision du dessin, l’importance donnée aux ombres et aux volumes, et le choix d’une stricte composition axée ne peut être que l’œuvre d’un spécialiste des relevés architecturaux. La gamme chromatique douce et subtile et la coupe précise du jardin très proche d'un plan conservé aux Archives nationales nous invitent à l’attribuer à Alexandre Prosper Loaisel de Tréogate.

La présence de l’édifice, dans l’angle droit du dessin, évoque par son architecture, sa taille et le cintre de ses fenêtres la gare terminus de la ligne Paris-Saint-Germain dont le prolongement du Pecq au coeur de la ville de Saint-Germain est accordée en 1844. Conçue par l’architecte Alfred Armand, la nouvelle gare, appelée également embarcadère, est achevée en 1846.

Alexandre Prosper Loaisel de Tréogate, est ingénieur des Domaines de la Couronne et conserve cette situation jusqu’à la chute de Louis-Philippe en 1848. La Liste civile, administration qui gère le patrimoine du souverain, le paye à la tâche, pour établir les plans de ses différentes propriétés à travers la France, les mettre à jour ou encore en dessiner des copies.

Le comte de Montalivet, intendant de la Liste civile, lui confie, en 1844, le soin de concevoir les aménagements des jardins imposés par la voie ferrée dont le prolongement mord sur le domaine royal. C’est à Loaisel de Tréogate que revient la charge de dresser non seulement les réagencements du Grand Parterre, mais également les projets d’un nouveau jardin anglais pour le terrain pris aux dépends de la forêt.


Corinne Jouys Barbelin
 

Les fonds d'archives du service des Ressources documentaires conservent de nombreux plans et estampes illustrant l'évolution du domaine et du château. Leur étude actuelle accompagne les recherche menées dans le cadre du projet Corpus numérique sur l'histoire du château et du domaine, du Labex Les passés dans le présent qui bénéficie du soutien apporté par l’ANR au titre du programme « Investissements d’avenir » (Convention attributive d’aide :ANR-11-LABX-0026-01).

Ce plan a été présenté lors de l'exposition "Un jardin de Louis-Philippe".