Carte des bornes milliaires de la Gaule

Carte des bornes milliaires de la Gaule

Carte des bornes milliaires de la Gaule

Objets documentaires
Partager
Origine et date: 
Datée de mai 1878, dressée par Héron de Villefosse, membre de la Commission de topographie des Gaules et dessinée par Chartier.

83 cm X 90 cm
Papier collé sur toile
L’état de conservation du document présente des déchirures et pliures.
Artiste(s): 

La Carte des bornes milliaires de la Gaule a été dressée durant les dernières années d’existence de la Commission de Topographie des Gaules. Elle présente l’emplacement des bornes milliaires établies le long des voies romaines trouvées jusqu’en ce début de l’année 1878 sur le sol français. Les bornes milliaires sont les ancêtres de nos panneaux indicateurs, indiquant la distance restante avant la prochaine grande ville.

Cette carte nous renseigne sur l’état de l’archéologie en France à la fin du XIXe siècle ; on remarque ainsi la présence importante du nombre des bornes dans le Sud de la France, la région du lac Léman et dans la vallée du Rhône, qui furent les plus anciens territoires à avoir été colonisés, puis intégrés aux territoires gallo-romains.

La carte comporte deux petits encarts. Le premier en bas à gauche montre une liste chronologique des différents empereurs qui ont fait ériger des bornes durant leur règne. Le second, visible en bas à droite de la carte, est un agrandissement de la région actuelle du Gard et des Bouches-du-Rhône. Il montre une forte concentration de bornes, preuve de la forte romanisation de cet espace géographique.

Ce type de carte a été produit en quantité par la Commission de topographie des Gaules, commission de savants créée par Napoléon III le 17 juillet 1858, avec pour objectifs de dresser des cartes et de rédiger deux dictionnaires visant à éclairer la topographie antique du territoire national.

 

Le Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye conserve au centre des archives plus de 400 cartes dressant les états archéologiques successifs du territoire français depuis la préhistoire jusqu’à l’époque mérovingienne.


Andrea Innocenzi

 

Bibliographie :

Salomon Reinach, Revue archéologique, 1915, pp 209-227.