Le lur danois

Aux sources de la musique scandinave de l’âge du Bronze

 

Sur une soixantaine d’exemplaires provenant exclusivement d’Europe du Nord, 39 trompes – ou "lurs" en islandais - ont été découvertes au Danemark.

La forme courbe de leur tube pourrait évoquer celle des cornes de bovin utilisées comme instruments de musique rudimentaires au cours de la préhistoire.
Les archéologues du XIXe siècle les ont dénommés d’après certaines sagas islandaises racontant que les guerriers étaient appelés au combat au son d’un lur*.

 

* Prononcer "lour"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une création en forme de prouesse technique

Comportant un grand tube courbe et un disque en bronze formant "pavillon" orné d'un décor gravé ou de grosses bossettes en relief, ces instruments de musique figurent parmi les créations les plus originales et les plus spectaculaires de l’âge du Bronze nordique (entre 1500 et 500 avant J.-C.). 

 

Faisant appel à une parfaite maîtrise de la fonte à la cire perdue, leur fabrication consistait à couler et à souder successivement plusieurs cylindres de diamètre décroissant qui s’emboîtaient les uns dans les autres pour former la trompe elle-même. Des variations de conception et de taille semblent traduire
une certaine évolution au fil du temps.


Afin de faciliter la manipulation de ces instruments volumineux, le cylindre du tiers inférieur pouvait rester mobile. Le pavillon n’est pas réellement fonctionnel : au début de la période, il était orné de motifs circulaires incisés puis, plus tardivement, de six à dix bossettes en relief, non sans rapport avec une thématique solaire propre à l’âge du Bronze européen. Des pendentifs métalliques étaient parfois ajoutés près de l’embouchure afin de produire des bruits de cliquetis par frottement contre le tube.


Sans doute pour faciliter leur transport, certains exemplaires possèdent même une chaîne.

 

 

 

 

Des instruments de musique énigmatiques

Spectaculaires découvertes et réseaux savants européens