La "gardienne des tombeaux"

Les dessins autographes du baron Joseph de Baye

 

La "gardienne des tombeaux" orne certaines tombes en hypogée du Néolithique de la Marne. Ces sépultures collectives creusées à flanc de coteau crayeux, sur 2 à 3 m de côté et 1 m de haut abritaient les membres de la communauté à mesure des décès. On y accède par un couloir incliné aboutissant à une antichambre de 1 x 1 m, ouvrant sur la chambre funéraire par une petite porte en chatière ou hublot.

Dans cette pièce exiguë, se déroulaient probablement les rites d'ensevelissement et de culte des morts. Sur ses parois, ainsi qu'au revers de l'entrée de la chambre, de part et d'autre, se localisent les rares figurations en bas-relief résumant "l'art" au Néolithique récent et final, entre environ 3400 et 2200 avant notre ère. Il s'agit principalement de haches, en position verticale, le tranchant tournée vers l'entrée, comme pour en défendre l'accès. Sur certains hypogées de Villevenard, l'antichambre comporte des symboles tracés au charbon en forme de grille et de bâtonnets.

À Courjeonnet-"Les Houyottes", hypogée n°5, une sculptée au revers gauche de l'entrée, est surmontée d'une figure humaine schématique. En léger bas-relief et forme de stèle ou de borne, elle montre sous l'arrondi de la tête, un nez en barre verticale, une bouche suggérée par une incision et un collier. Une main gravée en équerre au bout d'un avant-bras, par quelques traits, tient la hache, qui correspondrait à une première oeuvre du Néolithique récent, à laquelle le "gardien" aurait été ajouté au Néolithique final.

Figures de divinités féminines - Coizard "Le Rayet" - Dessins baron J. de Baye

À Coizard-"Le Razet", importante nécropole de plus de trente hypogées, le n° 23 montre la coexistence d'un dieu à tête en capuchon sur la paroi gauche de l'antichambre et d'une déesse à collier, plus petite, également encapuchonnée, à petite bouche incisée et faible relief des deux seins, à gauche de l'entrée de l'antichambre. Dans l'hypogée 24, la "déesse", à tete semblable à celle de Courjeaonnet, possède des yeux indiqués par deux petits trous, un collier à pendentif central et des seins en relief. Cette figure a été rafraichie, sans doute par les ouvriers de fouille, mais son style est authentique et sa partie inférieure, non dégagée au départ, est présente au bas de la paroi, dans un état d'érosion identique aux autres figurations.

Les hypogées de la Marne ont été découverts par l'un des pionniers de l'archéologie protohistorique, le baron Joseph de Baye, qui en a fouillé, entre 1855 et 1870, plusieurs centaines sur la face nord des Marais de Saint-Cloud. Le musée d'Archéologie nationale abrite les collections de ce précurseur et conserve une grande partie de ses archives, dont un lot a récemment été acquis en vente publique.

Les quatre "divinités" de la Marne, dont deux sont sexuées, les deux autres étant probablement masculines et en complémentarité avec une nature féminine de la figure de la hache, sont apparentées à l'"art" des allées couvertes du bassin parisien. Ces grandes tombes mégalithiques enterrées sont l'équivalent de plusieurs hypogées groupés dans un même caveau ayant pu abriter plusieurs centaines de défunts. Leurs figurations, encore plus schématiques, se localisent sur les montants d'une pièce précédant la chambre funéraire ou de part et d'autre de son entrée. Une dalle verticale portant figure(s) est alors l'équivalent d'uen sorte de stèle ou d'une silhouette simplifiée. on reconnait une paire de seins en bas-relief (Aveny, Epône, Boury-en-Vexin, Saint-Martin-du-Tertre, Clamart) associée ou non à un collier simple ou multiple, parfois combiné à des haches (Aubergenville).

 

La bibliothèque du Musée vous propose une sélection non exhaustive de documents sur le sujet :

Ouvrages de référence

BAILLOUD, Gérard. Le néolithique dans le bassin parisien. - 2e édition. -  Paris : Éditions du CNRS, 1974. (Gallia Préhistoire. Supplément n°2). - 433 p.

COTTIAUX, Richard , SALANOVA, Laure (dir.). La fin du IVe millénaire dans le bassin parisien : le néolithique récent entre Seine, Oise et Marne (3500-2900 avant notre ère). - Dijon, Paris : Revue archéologique de l’Est : Revue archéologigue d’Île-de-France, 2014 . - 552 p.

DE BAYE, Joseph. L’archéologie préhistorique.- Paris : E. Leroux, 1880. - 411 p. 

Publication universitaire

ROUX, Philippe. Le Baron Joseph de Baye et "son" néolithique : essai historique sur les découvertes des hypogées de la Marne et la définition différée d'une "civilisation Seine-Oise-Marne". - Toulouse : Mémoire EHESS, 1995 . - 2 vol.

Archives

Archives du MAN. - Dessins du Baron Joseph de Baye, objets de sa collection. -  Manuscrits, Carton 14, n° inventaire 16810 (consultation soumise à autorisation)