Les jardins d'André le Nôtre

Le Nôtre déploie son talent à Saint-Germain

 

Au début des années 1660, les jardins de la résidence royale de Saint-Germain-en-laye sont en piètre état faute d'entretien. Louis XIV demande à André Le Nôtre de leur redonner de l'éclat. Comme toujours, le jardinier du roi fait des merveilles.

Les jardins qui ornaient le Château-Vieux de Saint-Germain-en-Laye avant le XVIIe siècle sont encore assez mal connus. On sait qu'au XVIe siècle ils étaient constitués de parterres en carrés et d'une grande partie boisée. On connaît beaucoup mieux les jardins aménagés par André Le Nôtre à la demande de Louis XIV, qui résida à Saint-Germain de 1666 à 1682. Commencés en 1663, ils montrent toute l’ingéniosité de Le Nôtre : grands parterres en face du château, axes et perspectives vers l’infini, Grande Terrasse exploitant une vue dominante sur la vallée de la Seine.
 

 

Le Grand Parterre ouvre une vaste perspective

Les fenêtres de l’appartement royal du Château-Vieux donnent sur le Grand Parterre et l'allée des Loges créés par Le Nôtre pour ouvrir une vaste perspective en direction de la forêt. Ce Grand Parterre est constitué de deux grandes pièces de broderies de buis bordées de fleurs et d'ifs taillés que sépare une allée médiane prolongée par l'allée des Loges. Il est également doté de deux petits bassins, devant le château, et d'un grand bassin, à son extrémité. Au nord du Château-Neuf, Le Nôtre crée un vaste jardin rectangulaire composé de parterres de gazon, de pièces de formes variées bordées de plates-bandes plantées d’ifs taillés en topiaires, d’arbrisseaux et de buis, et encadré par deux rangés d'ormes. L’épouse du Grand Dauphin, Marie-Anne de Bavière, aime s’y promener et lègue son nom à ce jardin, dit de la Dauphine. Pour combler le vide entre le Grands Parterre et le Jardin de la Dauphine, Le Nôtre imagine un parterre plus petit et triangulaire, dit le Parterre en biais. L’un de ses côtés est parallèle au Grand Parterre, l’autre, au Jardin de la Dauphine. Enfin, au sud du Château-Neuf, Le Nôtre remodèle le Boulingrin. Il transforme en jardin d'agrément ombragé et fleuri cet espace gazonné en forme de cuvette où l'on jouait aux boules (son nom vient de l'anglais bowling green).

 

Le Boulingrin sera amputé d'une bande de terrain sous le règne de Louis XV, à l'occasion de la création du "Nouveau chemin du roi", actuelle avenue Gambetta. Le Grand Parterre, déjà modifié au XVIIIe siècle, sera remodelé par l'arrivée du chemin de fer dans les années 1840. Le Jardin de la Dauphine subira lui aussi des modifications durant les siècles suivants, de sorte qu'aujourd'hui il est constitué de deux grandes pelouses entourées de tilleuls et de marronniers.

 

Légendes des illustrations

1. Vue du Grand Parterre et de l'allée des Loges depuis les fenêtres du Château-Vieux
En créant le Grand Parterre et l'allée des Loges, Le Nôtre a permis au roi d'admirer une vaste perspective en direction de la forêt depuis ses appartements.
 
2. Vue sur le Grand parterre


Pour aller plus loin :

Découvrez les plans des jardins dans notre rubrique "Les fonds et collections documentaires"