Le jardin anglais

Un jardin anglais pour le roi de France

 

L'arrivée du chemin de fer à Saint-Germain-en-Laye, dans les années 1840, a été à l'origine de la création du jardin anglais. Ce havre romantique annonce l'émergence des jardins urbains au XIXe siècle.
 

 

En 1845 débutent les travaux de prolongement de la ligne de chemin de fer de Paris à Saint-Germain-en-Laye jusqu'à une gare édifiée aux abords du Château-Vieux. Cela modifie considérablement l'agencement des jardins de l'ancienne résidence royale car, pour faire passer le train et construire la gare, on mutile la forêt et le Grand Parterre de Le Nôtre avec une longue tranchée coudée qui rompt la perspective vers l'avenue des Loges. Ces travaux sont effectués avec l'autorisation du roi Louis-Philippe, propriétaire des jardins. Mais, pour compenser l'amputation d'une partie du domaine, le monarque demande que trois hectares pris sur la forêt royale servent à aménager (aux frais de la compagnie ferroviaire) un jardin anglais, dont il suivra la réalisation avec beaucoup d'attention.
 

Un lieu intimiste aux délicats jeux de regards

C'est Alexandre Loaisel de Tréogate, ingénieur des Bâtiments de la Couronne, qui est chargé d'aménager ce nouvel espace selon la conception romantique des jardins. Il conserve certains chênes de l’ancienne forêt royale et en fait abattre d'autres, afin de libérer de la place pour des massifs et des bosquets. Il trace des allées serpentines qui invitent à un parcours sinueux à travers les divers bosquets. C'est un jardin intimiste, naturel, de style paysager, où les perspectives se dévoilent au gré du cheminement. Ainsi, s'établit un délicat jeu de regards, selon des axes et des cônes de vision lisibles par le promeneur.

Le jardin anglais apparaît comme une lisière qui sert de transition entre le jardin régulier de Le Nôtre et l’espace forestier. Toutefois, l’emprise du tracé strict du jardin français reste assez forte avec la présence de trois axes rectilignes qui sont le prolongement des allées dessinées par Le Nôtre. Au fil du temps, les transformations successives du jardin ont modifié les perspectives, amenant une perturbation dommageable au fonctionnement visuel initial. Les restitutions actuelles de certains bosquets et allées visent à retrouver ce fonctionnement visuel singulier.

 

Légendes des illustrations

 

Photo du jardin anglais
Le jardin anglais, conçu au XIXe siècle par Alexandre Prosper Loaisel de Tréogate, offre un subtil jeu de regards et de perspectives au promeneur.


Pour aller plus loin :
 

. Suivez le parcours ""Découvrez les écorces du jardin paysager du domaine national de Saint-germain-en-Laye" sur l'application ArcheoMan

. Découvrez les plans des jardins dans notre rubrique "Les fonds et collections documentaires"
et l'exposition "Un jardin de Louis Philippe - Une palette de couleurs au service du roi" présentée du 4 juin au 15 août 2016