Austrasie

Cette exposition porte sur la période médiévale, et plus particulièrement sur ses débuts, lorsque régnait la dynastie mérovingienne (fin Ve –  milieu VIIIe siècle apr. J.-C.).

 

 

À cette époque, l’Est de la France et de la Belgique, le Luxembourg et l’Ouest de l’Allemagne ne constituaient qu’un seul royaume s’étendant de part et d’autre du Rhin, pour moitié sur d’anciennes provinces impériales et pour moitié sur des territoires de traditions germaniques.

C’est pourquoi, cette Terre-de-l’Est ou Austrasie des Francs a-t-elle été l’un des États apparus avec la chute de Rome où s’est opéré de la manière la plus manifeste le métissage entre les deux legs de l’Antiquité : la culture « classique » des Romains et la culture « barbare » des Germains.

De ce double héritage est en effet née la civilisation médiévale, caractérisée par une société originale et des identités nouvelles illustrant un monde complexe et dynamique, bien différent du cliché d’« âges obscurs » chers aux auteurs et artistes des XIXe et début XXe siècles.

 

 

Sujet de nombreux écrits contemporains francs ou étrangers (notamment byzantins) ayant récemment fait l’objet d’une relecture plus objective, cet ancien royaume franc s’est aussi révélé riche d’un patrimoine archéologique nous renseignant sur de nombreux aspects de la vie quotidienne à l’époque, qu’il s’agisse du monde urbain ou rural, religieux ou laïc, aristocratique ou populaire.

En plus d’objets mérovingiens incontournables comme l’épée ornée d’or du chef de Lavoye ou le coquillage de la dame de Chaouilley venu de l’Océan indien (tous deux conservés au MAN), l’exposition sera donc également l’occasion de présenter les résultats de campagnes archéologiques récentes, parfois inédits.

 

Elle permet enfin de mieux comprendre ce territoire européen, certes aujourd’hui morcelé mais que la dernière réforme territoriale a partiellement ressuscité en France sous le nom de région « Grand-Est ».

 

Retour à la présentation de l'exposition Austrasie