Dimanches gratuits au musée

Au programme...

 

Dimanche 4 décembre à 15h
dans l’auditorium du musée

Conférence

Bestiaires, symboles et chimères dans l’art des chasseurs paléolithiques
par Jean-Michel Geneste, directeur des recherches archéologiques de la grotte Chauvet-Pont d’Arc

 

Dimanche 8 janvier 2016 à 15h
dans la chapelle du château, dès 8 ans

Spectacle

La Femme Bison et autres contes de la Préhistoire
par Corinne Duchêne, conteuse

 

A l'occasion de l'exposition "L'ours dans l'art préhistorique"

Par le récit, Corinne Duchêne, conteuse professionnelle, évoque l’art pariétal, la représentation des animaux et le rapport
homme-animal chez les chasseurs de la Préhistoire.

Deux soeurs sans famille sont protégées par un ours qui les a accueillies dans sa grotte et nourries. Poussés par la faim, des chasseurs pistent l’ours et découvrent les deux femmes. L’ours va alors se sacrifier pour que les enfants mangent sa chair noire, prennent sa force et deviennent des hommes courageux… » Ce récit, « Les soeurs solitaires et l’ours gris », a été recueilli auprès des Indiens Ntlakyapamuk du Canada.

 

 

 

 


Dimanche 5 février à 15h
dans l’auditorium du musée

Conférence

Les techniques de la peinture antique, approches croisées

par Agnès Rouveret, professeur émérite d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université Paris-Ouest-Nanterre et Philippe Walter, chercheur au laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (UPMC-CNRS) à Paris

Jusqu’au début du XXe siècle, la peinture antique décrite par les auteurs romains était considérée comme perdue et seuls les enduits peints découverts en Italie à Pompéi permettaient encore d’imaginer ce qu’avait pu être cet art. Depuis les années 1970, les découvertes archéologiques se sont multipliées, mettant au jour de fascinantes peintures murales aussi bien au nord de la Grèce que dans les anciennes provinces de l’Empire romain. Les archéologues ont ainsi été amenés à totalement réévaluer leurs connaissances. Les techniques de réalisation des peintures antiques, notamment, nous sont désormais mieux connues grâce à la relecture des textes antiques, aux études approfondies des fragments peints retrouvés et aux analyses conduites en laboratoire qui ont permis par exemple d’identifier liants et pigments utilisés.

Cette conférence est en lien avec l’Objet du mois de février, un ensemble de quatre stèles funéraires, peintes, représentant des Galates, découvertes à Alexandrie à la fin du XIXe siècle et récemment restaurées.

 

Dimanche 5 mars à 15h
dans l’auditorium du musée

Conférence

Une découverte exceptionnelle en Berry : les trésors archéologiques de Châteaumeillant (Cher)
par Sophie Krausz, Maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 du CNRS-Ausonius
 

L’oppidum de Châteaumeillant (Cher) est l’un des plus grands sites gaulois du centre de la France. Cette ville fortifiée du puissant peuple des Bituriges fait l’objet de fouilles programmées depuis 2001. Elles ont permis la découverte de quartiers organisés avec les restes de bâtiments en bois, d’ateliers d’artisans et de nombreuses caves. En 2012, les archéologues ont exploré l’un des nombreux puits qui percent l’habitat gaulois. Sa fouille a révélé un dépôt exceptionnel constitué de 5600 objets et fragments divers, dont quatre objets prestigieux en bronze.

 

Le cheval bec-verseur, le grand lion, l’Hercule aux yeux d’argent et l’oenochoé (cruche) qui vient probablement de Pompéi, révèlent des pratiques rituelles unissant les divinités souterraines gallo-romaines et les habitants de Châteaumeillant.

 

 

 

Dimanche 2 avril à 15h


dans l’auditorium du musée

Documentaire

Sous le regard de Neptune
co-réalisé par Marc Azéma et Stéphane Kowalczyk. Productions Passé simple.

En présence de l’équipe du film (sous réserve)
L’aventure débute au sein de la ville de Nîmes en 2006.

Une découverte archéologique majeure : une statue fontaine, représentant Neptune, dieu de la mythologie romaine, au coeur d’un bassin datant de presque 2000 ans. Ce film est l’histoire d’une restauration, d’un road-movie parfois onirique, un voyage à travers les interrogations, les découvertes, les surprises, les émotions, les enthousiasmes de femmes et d’hommes passionnés et passionnants, principalement Benoit et Sandrine Coignard, les deux restaurateurs de cette statue. À son chevet, ces restaurateurs, véritables descendants d’Asclépiade ou Dioscorides, célèbres médecins grecs, ont remplacé la magie, les rituels et les amulettes antiques, par d’étranges techniques d’avant-garde, parfois révolutionnaires.

 

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Réservation et renseignements au 01 34 51 65 36 ou sur reservation.man@gmx.fr