Toutes les actualités

Le futur du passé

Du 19 septembre 2015 au 4 janvier 2016

Le futur du passé

Le futur du passé

Affiche de l'exposition Le futur du passé
Publié le 17 Décembre 2015
L'exposition Le futur du passé, images de la restauration du château de Saint-Germain-en-Laye est présentée au musée d'Archéologie nationale - domaine national de Saint-Germain-en-Laye
du 19 septembre 2015 au 4 janvier 2016

Exposition prolongée jusqu'au 17 janvier 2016

Cette exposition permettra aux visiteurs d’en savoir plus sur le vaste chantier de réhabilitation des façades du château de Saint-Germain-en-Laye à travers une série de documents variés, composés notamment de photographies, de plans et d’éléments de la façade, qui témoignent du travail méticuleux réalisé par les compagnons pour retrouver l’aspect originel de l’édifice.

L’exposition mettra ainsi en regard la restauration actuelle avec celle confiée à la fin du XIXe siècle à Eugène Millet, élève de Viollet-le-Duc, par Napoléon III lorsque celui-ci décida d’y installer le « Musée des antiquités celtes et gallo romaines », ancêtre du musée actuel.

Grâce à cette opération de réhabilitation en cours, l’exposition mettra en lumière les techniques de la restauration et les divers métiers d’art qui contribuent à la préservation du bâti et des techniques, à la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel. 

La réhabilitation du château de Saint-Germain-en-Laye constitue une opération considérable, qui bénéficie de l’engagement de l’État à hauteur de 11 millions sur cinq ans. Il s’agit de la première restauration d’envergure depuis le XIXe siècle. 

La réhabilitation a débuté en 2013 avec la restauration du campanile, achevée en janvier 2014, qui a constitué la première étape de la renaissance du château. Depuis octobre 2014, les travaux se poursuivent sur les façades extérieures de l’édifice. La façade Sud a été la première à bénéficier de l’opération. En novembre 2015, le chantier se déplacera sur la face Ouest. Effectuée sous la direction et la maîtrise d’œuvre de M. Régis Martin, Architecte en chef des monuments historiques, et sous la maîtrise d’ouvrage de l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (OPPIC), l’opération sur les façades vise à restituer les parties dégradées par l’usage et les intempéries et permettre leur conservation dans la durée. De nombreux éléments comme les enduits ont été intégralement remplacés. Certains éléments de décors, tels que les pots à feu et les salamandres, ont été remplacés à l’identique ou ont été restaurés et nettoyés. Un considérable travail a été également effectué pour restituer l’harmonie de couleur de l’ensemble de la façade.

L’exposition présente ainsi certains des documents, notamment des planches originales d’Eugène Millet, qui ont permis cette incroyable et fidèle restitution.

 

Exposition gratuite en entrée libre

Des ateliers pour enfants sont proposés en lien avec l'exposition